Journalistes «entravés» à Calais : le SNJ saisit le Défenseur des droits

- Avec AFP

Journalistes «entravés» à Calais  : le SNJ saisit le Défenseur des droits© Bernard BARRON Source: AFP
La police évacue quelque 800 migrants après avoir démantelé leur camp situé près de l'hôpital de Calais (Pas-de-Calais), le 29 septembre 2020 (image d'illustration).

Le Syndicat national des journalistes demande au Défenseur des droits de se pencher sur l'éloignement de deux journalistes venus couvrir des évacuations de camps de migrants dans le Nord et le Pas-de-Calais les 29 et 30 décembre 2020.

Le Défenseur des droits a été saisi par le Syndicat national des journalistes (SNJ) afin de s’emparer du cas de deux journalistes empêchés d’accéder à des évacuations de camps de migrants. Ils dénoncent une entrave à la liberté d’informer, rapporte l’AFP le 15 février.

Les 29 et 30 décembre 2020, les deux journalistes à l’origine de la saisine ont été empêchés d'entrer dans les périmètres de sécurité de camps de migrants à Grande-Synthe, Calais et Coquelles (Nord et Pas-de-Calais) à cinq reprises, lors d’opérations d’évacuation.

Déboutés par le Tribunal administratif de Lille

Ils avaient tenté une procédure de référé-liberté auprès du tribunal administratif de Lille pour obtenir l'accès à ces opérations, avec le soutien du SNJ, mais ils ont été déboutés début janvier, le tribunal ayant estimé que leur demande n'avait pas de caractère d'urgence car ces évacuations étaient «terminées». 

L’une des questions soulevées par les avocats du SNJ, William Bourdon et Vincent Brengarth, n’a néanmoins pas été tranchée par la juridiction. Elle concerne les conditions de tracé des périmètres de sécurité au sein desquels les journalistes sont exclus par les juridictions administratives. C’est pourquoi, les avocats demandent dans un courrier au Défenseur des droits de clarifier ce point.

«Aucune raison ne nous semble justifier l'exclusion des journalistes des périmètres de sécurité, en ce qu'ils exercent un droit démocratique fondamental, plus encore dans des zones où les droits des réfugiés sont totalement bafoués», affirment-ils déplorant dans la foulée «une incertitude totale qui plane» autour du travail journalistique sur les terrains d’évacuations de camps de migrants. Vincent Brengarth précise à l’AFP que l’élaboration de ces périmètres est laissée «à la discrétion de la police, sans qu'on en sache les critères».

Le SNJ s’inquiète d’un «rétrécissement considérable de la liberté d’informer». En cause : les enjeux liés à la demande déposée devant le Défenseur des droits, mais aussi les craintes liées à la loi Sécurité globale qui, si elle entrait en vigueur, pénaliserait la diffusion «malveillante» d’images de policiers.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»