Affaire Obono : le Syndicat de la presse magazine soutient Valeurs actuelles contre le CDJM

Affaire Obono : le Syndicat de la presse magazine soutient Valeurs actuelles contre le CDJM© Thomas SAMSON Source: AFP
Une affiche indiquant «vos valeurs ne sont pas les nôtres» déposée devant le siège de Valeurs actuelles lors d'une manifestation faisant suite à la publication de la saga-fiction dépeignant Danièle Obono en esclave, à Paris, le 4 septembre 2020 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le syndicat accuse le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) de se «comporter de facto en organisme de censure» suite aux accusations portées contre Valeurs actuelles portant sur la saga-fiction mettant en scène Danièle Obono.

Dans un communiqué publié le 27 janvier 2021, le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) dénonce les pratiques du Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), un «organisme privé non reconnu par la profession» qui porterait une «atteinte grave à la liberté de la presse» et au principe de présomption d'innocence en raison des accusations qu'il a émises à l'encontre de l'hebdomadaire Valeurs actuelles dans l'affaire de la saga-fiction estivale dépeignant la députée LFI Danièle Obono en esclave.

Le SEPM affirme ne reconnaître au CDJM «aucune légitimité pour apprécier la licéité des articles de presse». Le CDJM, auquel «aucun des syndicats représentatifs de la presse d’information [...] n’a jamais adhéré», tendrait selon le syndicat «à se substituer à l’autorité judiciaire» en accusant publiquement Valeurs actuelles d’acte délictueux «au mépris de l’enquête judiciaire en cours et alors qu’une décision de justice est attendue sur le fond».

Une atteinte grave à la liberté de la presse, au pluralisme des médias et au principe constitutionnel de présomption d’innocence

Cette initiative constitue pour le SEPM – dont Valeurs actuelles est adhérent – «une atteinte grave à la liberté de la presse, au pluralisme des médias et au principe constitutionnel de présomption d’innocence». Le syndicat, qui assure «protéger le pluralisme et la diversité de l’offre de presse magazine», déclare donc qu'il interviendra dans le litige qui oppose Valeurs actuelles au CDJM et qu'il s’opposera dorénavant «à toute condamnation publique» du SPEM. 

En août dernier, Valeurs actuelle avait dans sa saga-fiction estivale transporté Danièle Obono au temps de la traite orientale. La députée était imaginée réduite à l'état d'esclave des Africains et sauvée par un Blanc. La franco-gabonaise et son parti, La France insoumise, avaient porté plainte contre Valeurs Actuelles, bien que la rédaction en chef du magazine se soit défendue de tout racisme.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»