Un maire de Guyane soutenu par LREM démis de ses fonctions par le préfet après sa condamnation

Un maire de Guyane soutenu par LREM démis de ses fonctions par le préfet après sa condamnation© Capture d'écran/Facebook/Ville d'Apatou
Cliché pris dans la ville d'Apatou, en Guyane (image d'illustration).

Le préfet de la région d'outre-mer a signé un arrêté «déclarant démissionnaire d'office» le maire de la ville d'Apatou, en Guyane, suite à sa condamnation le 14 janvier pour «favoritisme, prise illégale d'intérêt et détournement de fonds publics».

Nouveau coup dur pour le parti présidentiel ? Le maire de la ville d’Apatou en Guyane, Paul Dolianki – soutenu par La République en marche lors des dernières municipales – a été déclaré «démissionnaire d'office» le 26 janvier 2021 par le préfet Thierry Queffelec, faisant suite à sa condamnation pour «favoritisme, prise illégale d'intérêt et détournement de fonds publics». De son côté, l'avocat de l'édile à assuré que son client ne pouvait être «l'instigateur d'une opération si sophistiquée» en raison de son niveau d'étude (il est titulaire d'un CAP).

L'information a été révélée par nos confrères de Guyaweb et confirmée par l'AFP.

Paul Dolianki avait été condamné le 14 janvier dernier à une peine complémentaire de 5 ans de privation de droit de vote et d'inéligibilité, assortie d'une exécution provisoire. «L’exécution provisoire signifie que même en cas d’appel de cette décision, la mesure d’inéligibilité notamment est exécutée», explique l'AFP. Citant une «source proche du maire», l'agence de presse française ajoute qu'il a reçu notification de l'arrêté le 26 janvier.

Un maire habitué des faits divers

Le détournement de fonds publics, selon le tribunal correctionnel, est constitué par l'achat d'une Mercedes de fonction d'une valeur d'environ 60 000 euros par la mairie à son profit courant 2008, mais concerne également le versement de subventions à hauteur de 500 0000 euros à une association en vue de la réalisation de l’électrification d’un secteur rural.Electrification qui n'avait été effective qu'un an.

L'AFP précise : «Cette compétence revenait à la CCOG (Communauté de communes de l’Ouest Guyanais) dont [Paul] Dolianki était conseiller communautaire, un mandat qui va aussi lui échapper.»

Interrogé par l'agence de presse sur cette affaire, l'avocat du maire, Me José Lobeau, a fait savoir que son client ne pouvait être «l'instigateur d'une opération si sophistiquée» car il n'est, d'après lui, que «titulaire d'un CAP». «Le sous-préfet de l'époque, le comptable public, le directeur des services de la commune et le contrôle de légalité [n'ont] pas été interrogés par la juge d'instruction ni confrontés au maire», a-t-il également regretté à cette occasion.

Dans ce volet, il a également été reconnu coupable de «favoritisme» pour avoir eu recours pour la commune à un consultant sans passer par la procédure de mise en concurrence.

Il a enfin été reconnu coupable de «prise illégale d’intérêt», ayant embauché sa compagne à la mairie en tant que «femme de service».

Habitué des faits divers, celui qui est élu depuis 2008 sous l'étiquette du PS guyanais avait été interpellé à l'aéroport d'Orly en août 2020 en possession de 2,5 kilogrammes de cocaïne dans ses bagages. A l'époque, son avocat, Avi Bitton, avait assuré : «D'après ce que m'a indiqué mon client, il est totalement étranger à ces faits. Il coopère activement avec la police pour que l'enquête révèle les véritables coupables. Il a sûrement été utilisé comme une mule à son insu. Cela montre que n’importe quel citoyen, même le plus irréprochable, peut se retrouver dans les filets de la justice.»

Il avait été placé sous le statut de témoins assisté pour «transport, détention, acquisition de produits stupéfiants et association de malfaiteurs» et mis en examen pour infraction douanière. Trois autres personnes ont été mises en examen dans ce dossier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»