#MeTooInceste : des milliers de témoignages partagés par des victimes

#MeTooInceste : des milliers de témoignages partagés par des victimes© JOEL SAGET Source: AFP
Couverture de l'ouvrage La Familia grande (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Familia grande, livre dans lequel Camille Kouchner (fille de Bernard Kouchner) raconte les abus subis par son frère et commis par son beau-père Olivier Duhamel, a déclenché #MeTooInceste, une vague de témoignages de personnes victimes d'inceste.

En 2017, l’affaire Weinstein déclenchait #MeToo, une déferlante série de témoignages sur le viol partagés sur Twitter. Aujourd’hui, le livre de Camille Kouchner (fille de l'ancien ministre Bernard Kouchner), La Familia grande, raconte comment le célèbre politologue Olivier Duhamel a abusé de son beau-fils (frère jumeau de l’auteur), alors mineur, et ouvre la voie à une nouvelle vague de dénonciations glaçantes d'hommes et de femmes sous le hashtag #MetooInceste.

L'un des témoins raconte avoir subi un inceste «de 4 à 14 ans par un membre de la fratrie. Soumise à la prescription depuis mes 24 ans, j’ai été condamnée pour atteinte à la vie privée après avoir écrit. J’ai versé 1 euro symbolique à chaque membre de ma famille, bourreau compris».

Avant 1989, le délai de prescription des crimes sexuels sur mineur était de 10 ans à compter de la commission des faits. La loi du 10 juillet 1989 a fait courir ce délai, non plus au moment où les faits ont eu lieu, mais à la majorité de la victime. Ce délai a été porté à 20 ans par la loi du 9 mars 2004, puis à 30 ans par celle du 6 août 2018.

«Ma tante était actrice de films pour adultes fin des années 1990 début 2000. Et c'est aussi pendant cette période qu'elle m'attouchait de façon inappropriée après les cours, car elle venait me chercher régulièrement.» L'homme qui rapporte ces faits explique : «C'est quelque part elle qui a fait de moi un homme, même si sur le coup je ne comprenais pas trop ce qu'il se passait, même si cela me dérangeait.» Il affirme s'être pris des années plus tard «cette réalité en pleine face […] Ma tante actrice porno avait profité de moi […] En parler ici relâche une certaine pression que j'avais sur le thorax depuis des années.»

Une jeune femme appelle à mettre fin au silence qui entoure ces actes. Elle relate des souvenirs «flous et incomplets. J’avais 12 ou 13 ans. C’était mon cousin plus jeune que moi, mais en position de domination depuis notre enfance puisque placé sur un piédestal par toute la famille. Je compte le crier partout, haut et fort. Stop au silence».

A «8, 9, 10 et 11 ans, un grand-oncle, prêtre missionnaire. J’avais 12 ans. Des cousins. J’ai été victime». 

«C’était mon grand-père. Et seulement à 25 ans j’ai enfin compris d’où venait mon mal-être. Mon cerveau a préféré oublier pendant tout ce temps pour me protéger», partage une autre internaute.

L'inceste est vraiment partout, dans tous les milieux

Le 13 janvier 2021, Camille Kouchner s'est exprimée sur le plateau de La Grande librairie afin de porter un message «universel». «L’inceste, l’emprise, la maltraitance des enfants, c’est vraiment partout, dans tous les milieux […] dans beaucoup de familles.» Après avoir «pris la mesure de ce qu'il était arrivé à (s)on frère», elle peine à accepter l'«indifférence» d'Olivier Duhamel. «Je n’en reviens pas […] C’est ma réalité depuis des années, la réalité de mes frères et sœurs. Et lui depuis un moment vit hors de cette réalité, ça a l’air d'aller très bien. Je trouve ça injuste.» 

La réaction de sa mère est tout aussi insoutenable. En 2008, lorsque celle-ci est mise au courant, «elle essaie de [les] convaincre que tout ça est une histoire d’amour».

A quand la loi ?

Plusieurs activistes et personnalités médiatiques ont relayé les témoignages publiés et y ont répondu. La fondatrice de l'organisation #NousToutes, Caroline de Haas, a ainsi posté le 16 janvier : «Je vous crois. Vous êtes courageuses et courageux. Vous n’y êtes pour rien. Nous sommes des centaines de milliers à vos côtés.»

Le compte #NousToutes publie : «Ils n’avaient pas le droit.»

Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, se dit «époustouflée par le courage des personnes qui témoignent. #MeTooInceste – nous sommes des milliers à vos côtés, nous vous croyons [et] vous soutenons. Il n’avait pas le droit. Vous n’y êtes pour rien.» Et d'interpeller le secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des familles : «A quand la loi Adrien Taquet ?»

Démissions d'Olivier Duhamel et de ses proches

Les révélations de Camille Kouchner ont poussé Olivier Duhamel à démissionner de ses fonctions de président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). Le 13 janvier, le conseiller d’Etat Marc Guillaume, ancien secrétaire général du gouvernement, désormais préfet d’Ile-de-France, a démissionné de tous les conseils d’administration où il siégeait avec Olivier Duhamel : la FNSP, le club du Siècle et la revue Pouvoirs, qu’il a codirigée avec le politologue.

Elisabeth Guigou, amie proche d’Olivier Duhamel, a quant à elle démissionné de la Commission sur l’inceste.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»