Un an après la mort de Cédric Chouviat, une marche blanche demande «justice pour Cédric»

Suivez RT France surTelegram

Une marche blanche a eu lieu le 3 janvier en mémoire de Cédric Chouviat, un livreur décédé un an auparavant lors d'un contrôle routier. Sa famille et ses proches demandent que toute lumière soit faite et justice contre les «violences policières».

La famille de Cédric Chouviat, avec sa veuve, Doria, étaient en tête du cortège lors de la marche blanche en hommage au livreur, mort à l'âge de 42 ans des suites d'un contrôle routier quai Branly, effectué un an auparavant. Le 3 janvier à Paris, la famille réclame de nouveau la suspension des quatre policiers mis en cause dans le décès de celui-ci, selon notre reporter sur place.

Selon l'AFP, plusieurs centaines de personnes se sont ainsi réunies avec, parmi elles, des militants d'Attac, de la Ligue des droits de l'Homme, du Collectif Urgence notre police assassine ou des Gilets jaunes. Présents aussi, des parlementaires de la France insoumise Alexis Corbière et Eric Coquerel et la sénatrice écologiste Esther Benbassa.

Parmi les affiches de la manifestations, on a pu notamment voir le message : «Justice pour Cédric», «On n'oublie pas, on ne pardonne pas», a-t-on également pu entendre dans le cortège, ainsi que des slogans demandant justice «pour toutes les victimes de violences policières».

Durant le rassemblement, après quelques slogans virulents à l'endroit des forces de l'ordre, la fille de Cédric Chouviat, Sofia, a rappelé que la marche blanche devait lutter «contre toutes les mauvaises choses, les violences, la haine, mais pas contre la police».

Interrogée par RT France, Sofia, estime qu'il est malgré tout important de «rappeler qu'il n'y a toujours pas eu de sanction» contre les policiers incriminés dans le décès de son père. Cette marche est pour elle, également, un moyen de soutenir d'autres familles, victimes «de violences policières».

L'activiste Assa Traoré du «comité Adama» était d'ailleurs dans le cortège, prenant la parole publiquement : «Cédric Chouviat est mort exactement de la même façon qu'Adama Traoré. Ils ont eu les mêmes mots [...] J'étouffe ! Je n'arrive plus à respirer ! [...] Ces mots ne devraient pas exister.» 

Pour RT France, le délégué syndical VIGI Police, Noam Anouar, se dit aussi «totalement solidaire de la famille Chouviat dans le combat qu'elle mène, [ayant] totalement raison de s'obstiner pour demander justice».

A ce jour, trois des quatre fonctionnaires ayant procédé à l'intervention sur le quai Branly à Paris le 3 janvier 2020 ont été mis en examen en juillet pour homicide involontaire et la quatrième fonctionnaire est sous le statut de témoin assisté.

Ainsi que l'a rapporté l'AFP le 19 décembre, les quatre policiers impliqués dans la mort de Cédric Chouviat, lors de son interpellation en janvier 2020, ont contesté devant les juges avoir perçu des «signes manifestes» de son asphyxie, assurant qu'ils auraient réagi s'ils avaient entendu ses derniers mots : «J'étouffe.»

Invitée de RT France le 20 décembre, sa veuve Doria Chouviat a expliqué qu'elle apprenait cette information en direct sur notre antenne. Elle dénonce aujourd'hui «énormément de mensonges entre la réalité et ce que les policiers ont déclaré», et affirme détenir des enregistrements audio dans lesquels on entend distinctement son mari supplier les policiers de le relâcher. Selon elle, un témoin est également en mesure de corroborer ces éléments.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»