La proportion de Français prêts à se faire vacciner contre le Covid-19 en baisse

La proportion de Français prêts à se faire vacciner contre le Covid-19 en baisse© Geoffroy Van Der Hasselt / Pool Source: Reuters
Le ministre français de la Santé Olivier Véran visite un centre logistique pour la distribution du vaccin Covid-19 dans la banlieue parisienne de Chanteloup-en-Brie, le 22 décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon une enquête de Santé publique France, 40% des Français déclaraient mi-décembre «vouloir certainement ou probablement» se faire vacciner contre le Covid-19. Une opinion en baisse alors que la France s'apprête à lancer sa campagne de vaccination.

Quelques jours avant le déploiement de la vaccination en FranceSanté publique France rapporte que 40% des personnes que l'agence a interrogées entre le 14 et le 16 décembre 2020 (la «vague 19»), disent «vouloir certainement ou probablement se faire vacciner» contre le Covid-19. Ils étaient 53% à apporter cette même réponse entre le 4 et 6 novembre (la «vague 17»), selon l'institution.

Une baisse notable de confiance sur le vaccin qui est notée également chez les personnes âgées de 65 ans et plus, tranche d'âge prioritaire pour le vaccin. Les seniors sont ainsi 61% à vouloir se faire vacciner lors de la plus récente période, alors qu'ils étaient 72% auparavant.

Parmi les 60% de Français déclarant ne pas vouloir se faire vacciner, la très grande majorité (82%) estime que «les nouveaux vaccins ne sont pas sûrs».

«Il est donc primordial de faciliter l’accès à l’information sur les vaccins et la vaccination (stratégie vaccinale, sécurité des vaccins…)», insiste Santé publique France dans son compte rendu. Elle renvoie vers le site Vaccination Info Service où un espace dédié et régulièrement mis à jour a été créé à cette fin.

La campagne de vaccination débutera le 27 décembre en France, notamment dans l'unité de séjour de longue durée de l'hôpital René-Muret à Sevran (Seine-Saint-Denis), selon ce qu'a déclaré à l'AFP l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, dont dépend l'établissement. «Il y aura d'abord deux ou trois établissements concernés : un du côté de Paris, pas très loin de Paris ; un autre du côté de la Bourgogne Franche-Comté ; et puis éventuellement un troisième qui est en discussion», a déclaré le 23 décembre le ministre de la Santé Olivier Véran.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»