«Darmanin est la honte de notre République» : la classe politique réagit à l'agression de Michel

«Darmanin est la honte de notre République» : la classe politique réagit à l'agression de Michel© Anne-Christine POUJOULAT Source: AFP
Vidéo
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, assiste le 24 novembre 2020 à une session à l'Assemblée nationale française à Paris pour voter sur le projet de loi Sécurité globale (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'agression physique par trois policiers dont a été victime un producteur de musique parisien, qui dit avoir également été victime d'insultes racistes, a provoqué de nombreuses réactions politiques sur les réseaux sociaux, notamment à gauche.

Selon plusieurs vidéos mises en ligne ce 26 novembre 2020 par le site d'information Loopsider, un producteur de musique parisien, Michel, a été passé à tabac par trois agents de police le 21 novembre 2020 au soir dans son studio de musique situé dans le XVIIe arrondissement de Paris. Cette scène brutale, survenue «simplement parce qu'il ne portait pas son masque», selon le média à l'origine de ces révélations,  a fait réagir de nombreuses personnalités de la classe politique, notamment à gauche.

La version des trois policiers contredite par plusieurs vidéos ?

D'après le journaliste de Loopsider David Perrotin, les trois policiers auraient par la même occasion «tenu de nombreux propos racistes» envers Michel, avant de s'en prendre «à neuf jeunes artistes eux aussi présents dans les studios d'enregistrement».

La première version des trois agents, consultée par Loopsider, indiquerait que «Michel aurait tenté de prendre leurs armes et les aurait frappés». Cependant, le studio d'enregistrement était équipé d'une caméra de vidéosurveillance qui a filmé l'intégralité de la scène, d'une rare violence, et les enregistrements démontreraient, selon Loopsider, que la version tenue par les policiers serait «totalement mensongère». D'autres images captées par des voisins, visionnées et publiées par Loopsider, contrediraient également la version des forces de l'ordre.

Une enquête ouverte par le parquet de Paris

Quelques heures après la publication des vidéos montrant l'agression, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est félicité sur Twitter que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) «ait été saisie par la justice dès mardi [24 novembre]». «Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais», a-t-il également annoncé à cette occasion.

En réponse au tweet de Gérald Darmanin, le journaliste David Perrotin a souhaité apporter quelques éclaircissements. «La victime a d'abord fait 48h de garde à vue. L'IGPN a été saisie seulement lorsque les vidéos ont été consultées (grâce à l'avocate). C'est après cela que le parquet a classé les poursuites contre Michel et a en effet ouvert une enquête contre les policiers mardi [24 novembre]», a-t-il fait savoir sur le même réseau social.

En effet, Michel Zecler a dans un premier temps été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique» et «rébellion». Cependant, le parquet de Paris a classé cette enquête et ouvert le 24 novembre une nouvelle procédure pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique» et «faux en écriture publique», confiée à l'IGPN.  

«Le préfet de Police a saisi l'IGPN sur le plan administratif et a demandé au Directeur général de la Police nationale de suspendre à titre conservatoire les policiers impliqués», a précisé la préfecture de Police citée par l'AFP.  

«Darmanin est la honte de notre République», selon Mathilde Panot

De nombreuses personnalités politiques se sont indignées sur les réseaux sociaux de la violence tant physique que verbale de cette interpellation.

Pour le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, «il est temps de sortir du déni» en «acceptant de traiter le sujet du racisme dans la police». Il fustige également la loi sécurité globale «liberticide», la vidéo ayant «encore [...] permis de déjouer les mensonges».

Le sénateur socialiste du Val-d'Oise Rachid Temal a déclaré sur Twitter : «La police républicaine a pour mission de protéger les Français. Nous la soutenons. Et c'est au nom de son engagement républicain que tous les auteurs de dérapages ou bavures doivent être sanctionnés. La vidéo parle d'elle-même. Le Ministre Darmanin et la justice doivent agir.»

Le président du groupe LFI à l'Assemblée nationale Jean-Luc Mélenchon a quant à lui affirmé que cette vidéo est «une preuve terrible du caractère vital du droit à filmer l'action policière», tout en qualifiant la police de «milice barbare hors de contrôle» et en demandant la démission du préfet de police de Paris Didier Lallement.

«Pas un mot pour la victime, pas un mot sur l'importance capitale des images, le petit nervi de Beauvau parvient même à se "féliciter" quand on parle d'un passage à tabac de la part des policiers. Darmanin est la honte de notre République : il doit démissionner, et vite», a fustigé sur le même réseau social la députée LFI du Val-de-Marne, Mathilde Panot.

Le député LFI de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud a lui aussi demandé la démission de Gérald Darmanin, qu'il qualifie de «misérable petit coq autosatisfait» en lui reprochant lui aussi d'avoir employé l'expression «je me félicite».

«Jusqu'à quand les "forces de l'ordre" vont-elles continuer à maintenir cet ordre de la force ? Comment le ministère de l'intérieur a t-il pu perdre à ce point le contrôle ?» s'est interrogée sa collègue Clémentine Autain, en ajoutant le hashtag «insécurité globale».

«Alors Darmanin, on veut toujours pas de vidéo ?», a ironisé le député européen LFI Manuel Bompard, toujours sur Twitter.

La députée européenne du parti politique Place publique Aurore Lalucq s'est elle aussi scandalisée sur le réseau social de microblogging : «Insoutenable. Images insoutenables. Propos insoutenables. Politiques insoutenables. Sentiment d'impunité insoutenable. Notre démocratie est abîmée. Il est temps de la réparer.»

Le député non-inscrit Matthieu Orphelin a quant à lui estimé sur Twitter que les images dévoilées par Loopsider étaient «terribles et injustifiables».

«Comme cela est démontré dans de nombreuses affaires, la vidéo protège les victimes de violences policières. Persister à vouloir empêcher son usage par les citoyen•nes ne peut avoir d'autre sens qu'une volonté de couvrir et donc encourager les exactions de certains policiers», a déclaré sur le même réseau social le député européen Vert, David Cormand.

Pour le député LREM de Paris et ex-secrétaire d'Etat chargé du Numérique Mounir Mahjoubi, «en démocratie, la Police doit inspirer confiance. Le travail exemplaire de la majorité des policiers est sali par ceux qui lynchent et humilient. Les sanctions devront être exemplaires et un travail de fond doit être mené pour y mettre fin».

Florian Philippot, président des Patriotes et ex-député européen, s'est exprimé sur ces «images horribles et édifiantes» en ces termes «il faut exclure définitivement ces policiers qui salissent la police nationale. Il faut retirer la loi sécurité globale. Quand un pouvoir devient illégitime, il a tendance à vouloir transformer sa police en milice : alerte».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»