Gérald Darmanin demande la suspension de trois policiers accusés de violences racistes

- Avec AFP

Gérald Darmanin demande la suspension de trois policiers accusés de violences racistes© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Source: AFP

Après le témoignage de Michel, un producteur de musique parisien qui accuse trois policiers de l'avoir roué de coups et d'avoir proféré des insultes racistes, le ministre de l'Intérieur a annoncé avoir demandé la suspension des trois fonctionnaires.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé ce 26 novembre la suspension de plusieurs policiers qui font l'objet d'une enquête du parquet de Paris pour «violences» et «faux en écriture publique» après les coups reçus par un producteur de musique le 21 novembre à Paris. Une décision prise après la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo de cette violente arrestation.

«Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais», a pour sa part fait savoir Gérald Darmanin sur Twitter ce 26 novembre.

Sur les images dévoilées par le média Loopsider, un homme noir, producteur de musique, appelé «Michel» subit de nombreux coups de la part de policiers, dans le XVIIe arrondissement de Paris, alors qu'il se trouve à l'entrée d'un studio d'enregistrement. L'homme explique avoir en plus subi des insultes racistes de la part des policiers. 

Après son interpellation violente, l'homme a dans un premier temps été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique» et «rébellion».

L'Inspection générale de la police nationale saisie des faits

Mais le parquet de Paris a finalement classé cette enquête et ouvert le 24 novembre une nouvelle procédure pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique» et «faux en écriture publique», confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

«Afin d’établir précisément les circonstances de l’interpellation, le préfet de Police a saisi l'IGPN sur le plan administratif et a demandé au Directeur général de la Police nationale de suspendre à titre conservatoire les policiers impliqués», a précisé dans la foulée la préfecture de Police.

«Mon client a fait 48 heures de garde à vue de manière injustifiée sur des propos mensongers des services de police qui l'ont outrageusement violenté», a dénoncé son avocate, Hafida El Ali, jointe par l'AFP.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»