Jack Lang s'exprime sur les dons de Jeffrey Epstein à une association liée à ses proches

Jack Lang s'exprime sur les dons de Jeffrey Epstein à une association liée à ses proches© Geoffroy Van Der Hasselt Source: AFP
Le président de l'Institut de monde arabe, Jack Lang, le 5 novembre 2018. (Image d'illustration)

Commentant les révélations sur les dons que la fondation de l'homme d'affaires Jeffrey Epstein a effectués au profit d'une association composée de proches de Jack Lang, l'ancien ministre a expliqué que ces fonds étaient destinés à financer un film.

Jack Lang est sorti de son silence après les révélations du 5 octobre sur le site d'information américain The Daily Beast concernant une association à but non lucratif dirigée par des proches de l'ancien ministre de la Culture. Celle-ci a reçu en 2018 la somme de 57 897 dollars (environ 49 000 euros) de la part de Gratidude America LTD, ONG qui appartenait à Jeffrey Epstein, inculpé pour exploitation sexuelle de mineures avant son suicide en prison.

«Ce sont des gens qui ont collecté des fonds pour financer un film, c'est tout», s'est défendu l'actuel président de l'Institut du monde arabe contacté par le média Politico. «Il est en cours de finalisation, je crois», a-t-il précisé de manière évasive. L'ancien ministre a ensuite refusé de répondre à d'autres questions ou de livrer des précisions, toujours selon Politico.

Sylvie Aubry, amie de longue date de Jack Lang et cofondatrice de l'association, a déclaré lors d'un entretien téléphonique accordé à ce même média qu'elle «ne se souvenait pas que l'organisation à but non lucratif ait jamais été vraiment active». Elle a également précisé que l'association «avait été essentiellement été mise en place par Jack Lang». Néanmoins, le nom de l'homme politique n'apparaît pas dans les statuts de l'association.

Une association énigmatique

Fleuriste réputée ayant notamment travaillé pour l'hôtel de luxe parisien Le Meurice, Sylvie Aubry est la personne chez qui est domiciliée l'association, comme le précise l'Est Républicain.

Cette organisation, nommée «Association pour la promotion de la politique culturelle nationale menée dans les années 80 et 90 du XXe siècle», serait l’un des trois derniers groupes – et le seul français – à avoir reçu des fonds de Jeffrey Epstein. La mission officielle de l’association est de promouvoir les grands leaders de la politique culturelle française des années 1980 et 1990 et leurs accomplissements. 

Elle n'a aucun site internet et n'est présente sur aucun réseau social. Trésorier de l'association lancée en 2018, Jacques Renard a été directeur adjoint et chef de cabinet de Jack Lang au ministère de la Culture dans les années 1980 et au début des années 1990. Le président de l’association, Christophe Degruelle, est conseiller municipal à Blois – ville dont Jack Lang a été maire de 1989 à 2000 – et a été chef de cabinet de celui-ci au ministère de l'Education nationale de 2000 à 2002.

Jack Lang et Jeffrey Epstein se sont rencontrés il y a plusieurs années lors d’un dîner organisé en l’honneur de Woody Allen au domicile parisien de la princesse de Bourbon des Deux-Siciles. Dans une interview accordée en août 2019 France Info, l’ancien ministre socialiste décrivait l'Américain comme «une personne charmante, courtoise et agréable». Jack Lang évoquait alors une «relation de rencontre» : «Je me suis rendu une seule fois chez lui avenue Foch pour un déjeuner. C’est vrai qu’il était souvent accompagné de quelques jolies femmes, mais qui n’étaient à l’évidence pas des mineures», avait-il précisé, tout en affirmant «être tombé de l’armoire en apprenant toutes ces histoires» concernant le milliardaire, inculpé en juillet 2019 pour exploitation sexuelle de mineures et association de malfaiteurs en vue d'exploiter sexuellement des mineures. Jack Lang a également déclaré avoir participé avec Jeffrey Epstein à une fête pour les 30 ans de la pyramide du Louvre en mars 2019, soit environ quatre mois avant que le FBI n'arrête l’homme d’affaire à l’arrivée d’un vol en provenance de Paris, le 7 juillet 2019.

Au printemps 2019, Jeffrey Epstein était déjà persona non grata en Amérique : le Miami Herald avait publié un article sur les abus supposés du financier sur des jeunes filles mineures et les procureurs fédéraux de Manhattan étaient en train d’établir des accusations criminelles à son encontre. L'homme d’affaires américain, dont la fortune était évaluée à 577 millions de dollars, est mort le 10 août 2019 dans la prison new-yorkaise où il était incarcéré dans l’attente d’un procès pour trafic de mineurs. Procès à l’issue duquel il risquait la prison à perpétuité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»