Djihadistes relâchés, versement de rançon : la libération de Sophie Pétronin interroge à droite

Djihadistes relâchés, versement de rançon : la libération de Sophie Pétronin interroge à droite© Gonzalo FUENTES Source: AFP
Sophie Pétronin enlacée par ses proches à côté d'Emmanuel Macron lors de son arrivée à l'aéroport de Villacoublay, le 9 octobre 2020 (image d'illustration).

Les conditions de la libération de Sophie Pétronin, ainsi que ses déclarations, ont entraîné des réactions négatives à droite de l'échiquier politique, certains y voyant un affront fait aux militaires français encore sur le terrain au Sahel.

Quatre ans après son enlèvement par un groupe djihadiste du Sahel malien, la Française Sophie Pétronin, 75 ans, est rentrée en France le 9 octobre 2020 au lendemain de l'annonce de sa libération, suscitant la polémique chez certains élus de droite. A son retour, elle s'est exprimée devant les caméras en ces termes : «Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous», évoquant sa conversion à l'islam. Elle a par ailleurs annoncé son souhait de «revenir au Mali voir un peu ce qu'il se passe», là où se trouve son organisation d'aide aux enfants.

Les conditions de sa libération restent encore floues, mais font déjà polémique. Officiellement, la France a toujours affirmé ne jamais payer de rançons pour libérer ses ressortissants. L’ancien président de la République François Hollande martelait ainsi que «la France ne paye pas de rançons… La France ne pratique pas non plus d'échanges de prisonniers».

Néanmoins, pour le journaliste et spécialiste des mouvements djihadistes au Sahel Lemine Ould Salem, interrogé sur RTL, «c’est une évidence» : une rançon aurait bien été versée. Il évoque une somme de 10 millions d’euros versée pour garantir la libération de Sophie Pétronin et des trois autres otages : l'homme politique malien Soumalia Cissé et deux ressortissants italiens, dont un prêtre. Une information qui n'a pour le moment pas été confirmée.

De plus, la libération les 5 et 6 octobre de plusieurs dizaines d'individus, présentés par des officiels maliens (sous couvert d'anonymat) comme des djihadistes, mais dont les identités demeurent inconnues, pourrait avoir été au cœur des négociations pour la libération de la Française.

Selon les informations du quotidien Le Monde, il y aurait parmi eux des cadres du djihad affiliés à al-Qaïda. Le journal cite notamment «le Mauritanien Fawaz Ould Ahmed […] arrêté en 2016, impliqué dans les attentats contre le restaurant La Terrasse à Bamako [six morts] et l'Hôtel Byblos à Sévaré [22 morts] en 2015» ; et ce même si une large majorité de ces combattants islamistes seraient «de tout petits poissons qui n'avaient pas été jugés».

«Cela n’a pas de prix de libérer des personnes prises en otage, mais quoi qu'il en soit, le prix est très, très cher», estime Peer de Jong, ancien aide de camp des présidents François Mitterrand et Jacques Chirac, spécialiste de la sécurité au Sahel interrogé par Franceinfo le 9 octobre. Il qualifie cette libération de djihadistes de «réelle catastrophe» pour le Mali, où combattent toujours des soldats français. 

De vives réactions à droite de l'échiquier politique français

Le député européen Gilbert Collard (Identité et Démocratie) a ainsi affirmé sur Twitter que les Français étaient «vraiment les otages de [leur] propre bêtise», qualifiant Sophie Pétronin d'«agent émerveillé de la propagande islamiste».

Son collègue au Parlement européen Thierry Mariani (Identité et Démocratie) s'est quant à lui interrogé sur la présence du président de la République et du ministre Jean-Yves Le Drian à l'arrivée de Sophie Pétronin en France, alors qu'ils étaient absents lors du retour des trois otages de l'ONG SOS Chrétiens d'Orient en mars dernier, d'après lui. 

Un autre député européen du groupe Identité et Démocratie, Gilles Lebreton, s'est dit «consterné» par le prix payé pour la libération de Sophie Pétronin, qui constitue selon lui une «insulte à la mémoire de nos soldats morts au Mali».

Une position partagée par la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui a affirmé que «jamais on ne devrait transiger avec l’islamisme et permettre la libération de djihadistes, au risque d’exposer plus encore nos armées déjà durement éprouvées».

Chez Les Républicains, le député du Vaucluse Julien Aubert a regretté la «triste indifférence au sacrifice de nos soldats» des «propos décalés» de l'ancienne otage.

Au cours des opérations Serval (2013-2014) et Barkhane (août 2014) dans le Sahel, 45 militaires français ont perdu la vie dans les combats, d'après l'état-major cité par l'AFP. Un chiffre qui ne tient pas compte des accidents.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»