Zemmour sur les mineurs isolés étrangers : «Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs»

Zemmour sur les mineurs isolés étrangers : «Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs»© Benoit Tessier Source: Reuters
Eric Zemmour crée la polémique (image d'illustration).

SOS Racisme a annoncé saisir le CSA et porter plainte après une sortie d'Eric Zemmour concernant les migrants se revendiquant mineurs non accompagnés (MNA). L'éditorialiste les a notamment décrits comme des «voleurs», des «assassins», «des violeurs».

Eric Zemmour suscite de nouveau la controverse après des propos tenus le 29 septembre sur Cnews. Evoquant le cas des mineurs isolés non-accompagnés (MNA), étrangers, le chroniqueur s'es d'abord désolé d'une «France qui paie pour son invasion». Il a ensuite élargi le débat, affirmant qu'«il n'y a pas de juste milieu, [qu'] il faut renverser la table, c'est-à-dire qu'il faut que ces jeunes comme le reste de l'immigration ne viennent plus», avant de marteler : «parce qu'ils n'ont rien à faire ici [...] Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs. C'est tout ce qu'ils sont !»

Des propos polémiques auquel il a ajouté : «Il faut les renvoyer, il ne faut même pas qu'ils viennent», rappelant par ailleurs son souhait de voir la France «sortir de la Cour européenne des droits de l'homme». Celle-ci est en effet vue par Eric Zemmour comme «l'origine du mal», qui «avec la Convention des droits de l'enfant nous oblige à n'expulser personne».

Moi je pense aux femmes qui sont violées par ces gens-là

S'adressant à l'animatrice Christine Kelly qui semblait douter de son propos, Eric Zemmour a insisté : «Vous, vous pensez à ces enfants qui sont en souffrance. Moi je pense aux femmes qui sont violées par ces gens-là, aux hommes assassinés par ces gens-là, aux Français trop brutalisés et traumatisés par ces gamins-là. Il faut penser aux Français, avant les autres.» «On vous laisse la responsabilité de vos propos», a répondu Christine Kelly. Eric Zemmour a ironisé alors sur le fait que cette responsabilité lui a déjà «couté cher».

Eric Zemmour modère ses propos

Peu après, le chroniqueur a cependant modéré son propos, après une autre intervention de Christine Kelly, considérant que «tous les mineurs isolés [n'étaient] pas des voleurs, des violeurs et des assassins». «Mais comme il y en a beaucoup qui le deviennent, il faut protéger les Français et donc, dans le doute, il ne faut laisser rentrer personne», explique-t-il.

Sitôt publié, l'extrait a soulevé un tollé, notamment à gauche. L'oratrice nationale de La France insoumise (LFI), Julie Garnier, a estimé qu'Eric Zemmour était «en route pour une nouvelle condamnation» et a déploré l'attitude de Cnews «qui malgré les précédentes condamnations le laisse propager sa haine».

«Quand la bêtise, les fake news, les discours de haine continuent tranquillement sur Cnews», a commenté pour sa part l'eurodéputée LFI Anne-Sophie Pelletier.

Côté macronistes, le vice-président de l'Assemblée nationale et député La République en marche, Hugues Renson, a jugé les propos tenus par Eric Zemmour «graves et indignes» : «C'est un abject et méprisable appel à la haine. Qui abîme notre pays. Je les condamne de la façon la plus ferme. Que Cnews prenne désormais ses responsabilités. Cela suffit.»

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, annonce sur Twitter avoir saisi le CSA et déposer plainte contre «ce raciste récidiviste que nous avons fait condamner il y a 5 jours».

Partageant la déclaration de Dominique Sopo, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme a abondé : «Plus Eric Zemmour est condamné, plus il persiste dans la xénophobie. Ce qu’il a dit ce soir est à vomir. Il donne la Gerbe, comme le journal éponyme. Une fois de plus la justice devra passer sur ses appels à la haine. La liberté d’expression n’est pas une liberté absolue.»

L'écrivain et journaliste Aude Lancelin a quant à elle qualifié Eric Zemmour de «semeur de haine» et d' «idéologue d'une rare violence, digne héritier de Pierre Laval», en faisant référence à la déportation des enfants juifs lors de la Seconde Guerre mondiale.

Ces déclarations du chroniqueur interviennent dans un contexte de polémique sur la question des mineurs isolés étrangers en France après l'arrestation de l'auteur présumé de l'attaque au hachoir de Paris. Lors de sa garde à vue, l'homme, un ressortissant pakistanais qui prétendait jusqu'alors avoir 18 ans a admis être en réalité âgé de 25 ans et avoir menti sur son âge et son identité. Il avait été pris en charge par l'aide sociale à l'enfance dans le Val-d'Oise lors de son arrivé en France trois ans plus tôt. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»