Attaque au hachoir : le père de l'auteur présumé se dit «très fier» de son fils

- Avec AFP

Attaque au hachoir : le père de l'auteur présumé se dit «très fier» de son fils© CHARLES PLATIAU Source: Reuters
Policiers sur les lieux de l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo le 25 septembre.

Joint par l'AFP, l’homme qui se présente comme le père de l'auteur présumé de l'attaque aux abords des anciens locaux de Charlie Hebdo s'est dit «très fier» des actes de son fils, qui aurait «protégé l'honneur du prophète».

L'homme qui dit être le père de l'auteur présumé de l'attaque du 25 septembre devant les anciens locaux du journal satirique Charlie Hebdo, qui a fait deux blessés graves, a déclaré auprès de plusieurs médias qu'il était fier des actes de son fils. 

Contacté par téléphone par l'AFP, Arshad Mahmoud, qui se présente comme son père, s'est dit «très heureux» et «très fier» des actes de son fils, qui a «protégé l'honneur du prophète». «Le village tout entier est venu me féliciter», a-t-il assuré.

Une attaque revendiquée dans une vidéo

Le jeune homme arrêté pour avoir blessé gravement le 25 septembre deux personnes devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, à Paris, a admis qu'il n'avait pas 18 mais 25 ans et qu'il se nommait en réalité Zaheer Hassan Mahmoud. La photo d'une pièce d'identité portant ce nom avait précédemment été découverte par les enquêteurs dans son téléphone portable. 

Ce nom était aussi celui sous lequel il avait enregistré une vidéo peu avant son acte, et dans laquelle il annonçait qu'il entendait se «révolter» contre la publication de caricatures du prophète de l'Islam. La vidéo a circulé sur les réseaux sociaux.

Il se présentait auparavant comme Hassan Ali, né au Pakistan en 2002. Sous cette identité, il avait bénéficié de l'aide sociale à l'enfance à son arrivée en France en 2018.

Lors d'une conférence de presse, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a annoncé que l'homme devait être poursuivi pour «tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel». 

L'assaillant aurait par ailleurs, selon le procureur antiterroriste, déclaré aux enquêteurs avoir regardé «ces derniers jours des vidéos en provenance du Pakistan» concernant la publication et la republication début septembre par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet qui en avaient fait la cible des djihadistes. Il aurait toujours selon le magistrat attaqué des employés de l'agence Premières Lignes en pensant qu'il s'agissait de personnes travaillant chez Charlie Hebdo

Le Parquet national antiterroriste, qui a ouvert cette information judiciaire au terme de ses quatre jours de garde à vue, a requis son placement en détention provisoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»