Angers : pourquoi le violeur étranger d'une étudiante ne peut pas être expulsé

Angers : pourquoi le violeur étranger d'une étudiante ne peut pas être expulsé© Georges Gobet Source: AFP
La police intervient à Toulouse, le 3 septembre 2020 (image d'illustration).

Une jeune femme séquestrée pendant trois heures est violée à Angers en rentrant chez elle. Le suspect étranger est interpellé le lendemain, il est déferré et les autorités se rendent compte qu'il est expulsable, mais aucun pays ne le reconnaît.

Le 31 août, à Angers (Maine-et-Loire), une étudiante de 20 ans a été violée en rentrant chez elle de son premier jour de cours par un homme qui s'était introduit dans son domicile, selon les informations de Ouest France : «Là, durant trois heures, la jeune femme va subir de nombreuses violences sexuelles et un viol. Elle va aussi subir des menaces, va être violemment projetée au sol, étranglée et ses vêtements seront arrachés par son agresseur. Celui-ci va aussi la séquestrer en l’empêchant de s’enfuir.»

Un suspect interpellé... sans nationalité

Le calvaire prend fin vers 22h30, selon cette même source et la victime se rend dans un commissariat afin de porter plainte, décrivant de façon précise l'agresseur sexuel, notamment un tatouage qu'il porte... Ce qui permet de l'interpeller le lendemain : le dénommé Erjan I., 32 ans, est identifié par une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) d'Angers et interpellé.

Il a déjà été condamné au moins six fois en deux ans, selon le quotidien régional, pour plusieurs faits de violences sexuelles, notamment sur une femme handicapée au sein même du centre hospitalier universitaire d'Angers... Le suspect est d'ailleurs inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles.

Il est donc mis en examen et déferré... mais une mauvaise surprise a lieu : alors qu'il est déjà frappé de deux interdictions de territoire en France (prononcées en 2018 et 2019), selon Le Figaro, ni la Serbie, ni le Kosovo, ni la Macédoine n'ont souhaité reconnaître l'individu et il n'a donc pas été expulsé, même après avoir effectué de courtes peines de prison.

La préfecture du Maine-et-Loire, citée par Le Figaro a fait savoir : «Erjan I., démuni de document officiel, s'est déclaré de nationalité kosovare mais le Kosovo ne l'a pas reconnu comme l'un de ses ressortissants. La Serbie et la Macédoine ont également été saisies et ont répondu négativement. En l'absence de pays acceptant de l'accueillir, il n'a pas été possible de mettre à exécution la décision judiciaire.» Selon Ouest-France, le suspect est né en 1987 dans ce qui était alors la Yougoslavie... d'où le casse-tête des autorités.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»