A Brégançon, Emmanuel Macron propose une médiation de l'UE en Biélorussie, «en incluant la Russie»

A Brégançon, Emmanuel Macron propose une médiation de l'UE en Biélorussie, «en incluant la Russie»© Christophe Simon Source: Reuters
Vidéo
Emmanuel Macron reçoit Angela Merkel à Brégancon le 20 août 2020.

Lors d'une conférence de presse à Brégançon en compagnie d'Angela Merkel, Emmanuel Macron a proposé une médiation de l'Union européenne en Biélorussie incluant notamment la Russie. Le Mali et les tensions en Méditerranée ont été évoqués.

Alors qu'il recevait la chancelière allemande, Angela Merkel, à Brégançon, le président français Emmanuel Macron a proposé ce 20 août une médiation européenne entre les différents acteurs de la crise en Biélorussie, en liaison, notamment, avec la Russie.

«Un dialogue entre les autorités, l'opposition et la société civile est [...] indispensable. Nous souhaitons que ce dialogue puisse être mis en place par les Biélorusses eux-mêmes. Mais l'Union européenne se tient prête néanmoins à accompagner celui-ci, si notre rôle de médiation peut être utile et est souhaité par les Biélorusses, avec d'autres institutions, notamment l'OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe], et incluant la Russie dans le dialogue exigeant», a déclaré le chef d'Etat français aux côtés de la chancelière allemande.

En Méditerranée orientale, la France et l'Allemagne partagent le «même objectif» de «souveraineté européenne»

Le président de la République a fait savoir que le président russe, Vladimir Poutine, avait accueilli favorablement la proposition d'une médiation en Biélorussie, qui se heurte au refus du président Alexandre Loukachenko. La chancelière allemande a de son côté déclaré : «Loukachenko n'a cherché à parler à aucun d'entre nous.»

La question des tensions en méditerranée orientale entre la Grèce, Chypre et la Turquie a également été abordée. La France et l'Allemagne partagent le «même objectif» de «souveraineté européenne» et de «stabilité » en Méditerranée orientale, traversée par des tensions entre la Grèce et la Turquie, a affirmé le président français avec l'appui de la chancelière allemande Angela Merkel. «Notre objectif stratégique sur la Méditerranée orientale est le même : la souveraineté européenne et la stabilité», a-t-il poursuivi. «Nous avons chacun ensuite nos moyens de faire, nous avons chacun notre histoire. Il faut qu'il y ait une complémentarité» pour atteindre cet objectif commun, a-t-il ajouté. Au sujet de la Turquie, le président de la République a déclaré vouloir «rétablir des choses lorsque des provocations sont faites» mais aussi souhaiter un «agenda positif sur lequel réengager la Turquie».

Concernant la situation au Mali, si la France et l'Allemagne ont conjointement condamné le coup d'Etat, Emmanuel Macron a précisé sa volonté de ne pas se «substituer à la souveraineté malienne».

Il a également rappelé les objectifs de l'opération Barkhane, présente selon lui à la demande des pays de la région. «Rien ne doit nous divertir de la lutte contre les djihadistes», a-t-il insisté. La chancelière allemande a quant à elle remercié «la France pour son engagement au Mali».

Concernant la situation de l'opposant russe Alexeï Navalny – placé ce 20 août en réanimation dans un état grave – Emmanuel Macron s'est dit «extrêmement préoccupé et attristé», déclarant que «toute la clarté devra être faite». «Nous sommes évidemment prêts à apporter toute l'assistance nécessaire à Alexeï Navalny, à ses proches, sur le plan sanitaire, sur le plan de l'asile, de la protection», a-t-il ajouté. La chancelière allemande a pour sa part fait savoir qu'Alexeï Navalny pourrait recevoir «toute aide médicale en France ou en Allemagne». «Et ce qui est important aussi, c'est que l'on arrive à savoir de façon urgente comment on est arrivé à cette situation», a ajouté Angela Merkel, en réclamant «la transparence». Elle s'est en outre dite «bouleversée» par le sort de l'opposant.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»