Le Palais-Royal, le Louvre et le château de Versailles «doivent être rétrocédés» selon la LDNA

Le Palais-Royal, le Louvre et le château de Versailles «doivent être rétrocédés» selon la LDNA© Twitter : @LDNAOFFICIEL
Photo de profil du compte de la LDNA sur Twitter.

Sur les réseaux sociaux, la Ligue de défense noire africaine a fait valoir une rétrocession de plusieurs édifices du patrimoine français aux citoyens afro-descendants tout en rappelant la récente exacerbation de la question du racialisme en France.

La question du racialisme ne passe pas inaperçue dans le cadre des rassemblements contre le racisme et les violences policières, qui se sont récemment multipliés en France, en résonance au mouvement américain Black Lives Matter (BLM) qui s'est propagé à l'international depuis la mort de George Floyd.

A l'image de tensions raciales particulièrement exacerbées par certains, la Ligue de défense noire africaine (LDNA) a partagé, le 13 juin sur les réseaux sociaux, un extrait issu du documentaire Versailles : rois, princesses et présidents diffusé en 2015 sur France 3, estimant que des édifices tels que «le Palais-Royal, le Louvre et le château de Versailles» devaient être rétrocédés aux populations afro-descendantes, du fait que leurs aïeux avaient «permis de construire ces trésors de la Nation».

Les Gaulois mangeaient dans les grottes leurs enfants [...] quand les nôtres construisaient des pyramides

Cette publication s'inscrit dans une série de trois tweets en tête de laquelle figure un texte destiné à répondre à la chronique de l'éditorialiste Christophe Barbier sur de récents propos de Marion Maréchal. La LDNA y apostrophe en ces termes le chroniqueur : «Ne sait-il pas que ses "ancêtres les Gaulois" mangeaient dans les grottes leurs enfants dans des sacrifices humains quand les nôtres construisaient des pyramides ?»

A l'initiative de récentes manifestations très médiatisées, la LDNA fait particulièrement parler d'elle sur la scène politico-médiatique, notamment depuis que son fondateur Egountchi Behanzin a, le 6 juin à Paris, harangué une foule de manifestants avec un discours pour le moins offensif à l'égard de la France, qualifiant notamment le pays d'«assassin», de «négrophobe» et d'«esclavagiste».

On a le droit, ce n'est pas interdit d'être communautaire en France

Plus récemment, Egountchi Behanzin a pu défendre les positions de son organisation dans le cadre d'un débat houleux face à Jean Messiha, membre du bureau national du RN, qui s'est déroulé, ce 14 juin, à l'antenne de Sud Radio. Au cours d'un échange mouvementé, le militant qui se revendique descendant du «royaume d'Abomey», a entre autres prôné le développement du communautarisme noir sur le territoire français. «On a le droit, ce n'est pas interdit d'être communautaire en France», a-t-il notamment lancé à son interlocuteur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»