Le gouvernement souhaite rouvrir «de manière apaisée» le débat sur les statistiques ethniques

- Avec AFP

Le gouvernement souhaite rouvrir «de manière apaisée» le débat sur les statistiques ethniques© Christophe Ena / POOL Source: AFP
La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye suggère de rouvrir «de manière apaisée et constructive le débat autour des statistiques ethniques» – interdites en France – afin de ne pas laisser «prospérer les fantasmes».

Alors que de nouvelles manifestations contre les violences policières et le racisme sont organisées ce 13 juin, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a mis les pieds dans le plat dans une tribune publiée par Le Monde, suggérant de faire sauter un tabou : «Pourquoi ne pas poser de manière apaisée et constructive le débat autour des statistiques ethniques ?»

La France, à l'inverse des pays anglo-saxons, a en effet interdit les politiques ciblées, les quotas ou les statistiques ethniques dans l'idée de traiter tous les citoyens à égalité. «Nous avons fait de l’universalisme le fondement de nos lois, mais, à ne pas pouvoir mesurer et regarder la réalité telle qu’elle est, nous laissons prospérer les fantasmes», écrit Sibeth Ndiaye, qui a obtenu la nationalité française en 2016 et dit avoir fait «l’expérience du racisme ordinaire».

«Il y a là quelque chose dont nous devons nous ressaisir urgemment, parce que nous ne devons pas renoncer à notre projet universaliste et républicain, sous peine de donner raison à ceux qui en détournent le sens et en exploitent sans vergogne les faiblesses», plaide cette ancienne socialiste, proche du chef de l'Etat, dans une parfaite illustration du «en même temps» théorisé par Emmanuel Macron.

Osons débattre publiquement de certains sujets hier encore discutés, aujourd’hui devenus tabous, sans sombrer dans les habituels procès d’intention

Sibeth Ndiaye estime qu'il faut ainsi «nous reposer la question de la représentativité des personnes de couleur dans la vie publique, politique, économique et culturelle de notre pays». Selon la porte-parole du gouvernement, «nous devons revenir avec force aux outils de lutte contre les discriminations raciales sans les confondre avec les moyens de lutter contre la discrimination sociale».

«Le problème du racisme en France n’est pas réglé. Mais nous pouvons le faire refluer au prix d’un combat inlassable, économique et social, démocratique et républicain, qui doit redevenir l’honneur de la France», en appelle-t-elle. «Osons débattre publiquement de certains sujets hier encore discutés, aujourd’hui devenus tabous, sans sombrer dans les habituels procès d’intention», conclut Sibeth Ndiaye.

L'ancien Premier ministre, Manuel Valls, avait relancé en 2015 la question des statistiques ethniques, mais François Hollande s'était montré beaucoup plus réticent. Durant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'était plutôt dit «favorable de manière pragmatique à multiplier le testing, la réponse pénale, et le name and shame (nommer et blâmer)» pour les entreprises pratiquant la discrimination à l'embauche.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»