Messages racistes de policiers sur un groupe privé : ouverture d'une enquête préliminaire

Messages racistes de policiers sur un groupe privé : ouverture d'une enquête préliminaire© Dado Ruvic Source: Reuters
Certains personnels des forces de l'ordre ont utilisé Facebook comme un déversoir de propos, sans doute condamnables (image d'illustration).

Saisi par le ministre de l'Intérieur, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire après la révélation de messages racistes publiés sur Facebook dans un groupe privé réunissant des membres des forces de l'ordre.

La polémique a enflé sur les réseaux sociaux après la découverte de messages racistes et sexistes dans un groupe privé auquel appartenaient des agents des forces de l'ordre, révélés par le média Streetpress.

Le parquet de Paris a annoncé le 5 juin l'ouverture d'une enquête préliminaire pour «injure publique à caractère raciste» et «provocation publique à la haine raciale», et ce, quelques heures seulement après que le parquet a été saisi par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

En effet, face à la controverse, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait décidé le même jour de saisir le procureur de la République : «S’ils sont avérés, ces propos inacceptables sont de nature à porter gravement atteinte à l'honneur de la police et de la gendarmerie nationales, dont les hommes et les femmes sont engagés au quotidien pour protéger les Français, y compris contre le racisme et les discriminations. C’est pourquoi le ministre de l’Intérieur a décidé de saisir le procureur de la République.»

Selon l'article du 4 juin de Streepress, ce groupe Facebook privé, «réservé aux forces de l’ordre [...] compte plus de 8 000 membres», mêlant policiers et gendarmes. Et le média d'ajouter que dans cet espace «les fonctionnaires se lâchent : dans des posts ou en commentaires, on peut lire des centaines de message racistes, sexistes ou homophobes et des appels au meurtre». Streetpress affirme par ailleurs que «les propos problématiques sont quotidiens et toute l’actu policière est prétexte à insulte ou aux moqueries racistes et sexistes».

Le 3 juin au Sénat, Christophe Castaner avait rappelé qu'il fallait être, vis-à-vis des forces de l'ordre, «particulièrement exigeant [...] et faire en sorte que chaque faute [...] chaque excès, chaque mot – y compris des expressions racistes – fassent l'objet d'une enquête, d'une décision, d'une sanction».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»