Accueil des réfugiés : le maire de Noisy-le-Sec fait de la résistance

Réfugié dans l'attente de sa destination Source: Reuters
Réfugié dans l'attente de sa destination

L'arrivée prochaine de quarante réfugiés à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) fait débat: le maire s'est opposé lundi à la réfection d’un centre d'hébergement, pourtant propriété du Conseil départemental et réquisitionnée par l’Etat.

A leur arrivée lundi matin dans cette commune de l'est de la banlieue parisienne, les ouvriers en charge de travaux d'aménagement d'un local choisi pour accueillir des réfugiés syriens en provenance d'Allemagne ont trouvé des scellés et des policiers municipaux devant le bâtiment.

«Le maire est opposé aux travaux. Pourtant, une association a été mandatée pour préparer le lieu, l'aménager et gérer l'accueil de réfugiés», a expliqué à l'AFP le président socialiste du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Cette ancienne PMI (protection maternelle et infantile) de 200 m², fermée depuis environ un an, est la propriété du département et doit servir à «la mise à l'abri pour quelques semaines ou quelques mois d'une quarantaine de personnes», selon Stéphane Troussel. 

«Ce maire, qui verse des larmes de crocodiles en parlant de la situation des réfugiés, ne passe pas aux actes», a-t-il déploré. «Pour éviter leur venue, il fait quasiment commettre une voie de fait aux policiers municipaux et se met hors-la-loi.»

 Contactée, la préfecture de Seine-Saint-Denis a regretté «une entrave d'un arrêté préfectoral par la force», qu'elle a fait «constater par huissier».

 «Le maire dit qu'il a pris un arrêté municipal mais ça n'a aucune valeur. Premièrement, le lieu ne lui appartient pas, deuxièmement, il ne respecte pas une volonté de l'État», a fait valoir le préfet délégué pour l'égalité des chances, Didier Leschi.

 «Fâché», l'édile UDI, Laurent Rivoire, a renvoyé la balle à l’Etat et au département, disant avoir «la copropriété du bâtiment». «Les étages appartiennent à Noisy-le-Sec Habitat et le rez-de-chaussée au Conseil départemental. Il aurait fallu une autorisation de la copro avant les travaux car il s'agit de locaux à usage professionnel. On ne peut pas les transformer en lieu d'habitation comme ça», a-t-il affirmé à l'AFP. 

Selon lui, l’État est passé «au-dessus des lois» et ne l'a jamais informé de sa volonté d'accueillir des réfugiés dans l'ancienne PMI. «Je suis favorable à l'accueil de trois ou quatre familles de façon pérenne mais pas à la venue de 40 réfugiés syriens dans des locaux insalubres et pas adaptés», a-t-il ajouté.

 En Seine-Saint-Denis, plusieurs sites ont été recensés pour l'accueil prochain d'environ 150 réfugiés à Noisy-le-Sec, au Raincy et à Romainville.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales