«La colère ne faiblit pas» : les renseignements redouteraient un embrasement post-confinement

«La colère ne faiblit pas» : les renseignements redouteraient un embrasement post-confinement© Loic VENANCE Source: AFP
Une pancarte «semons l'insurrection» aperçue lors d'une manifestation de Gilets jaunes à Nantes, le 11 janvier 2020 (image d'illustration).

Un climat de contestation intense rythme l'actualité française depuis l'émergence des Gilets jaunes. Malgré une apparente accalmie, les services du renseignement territorial français s’inquiètent d'un embrasement post-confinement selon Le Parisien.

Selon des notes confidentielles révélées le 11 avril par Le Parisien, le Service central du renseignement territorial (SCRT) effectue depuis quelque temps un «suivi de l'impact du Covid-19 en France». D'après le quotidien francilien, ses agents alertent aujourd'hui sur «un risque d'embrasement de la contestation sociale à la sortie du confinement».

Blouses blanches, Gilets jaunes : «un risque de transversalité des luttes»

«Le jour d'après est un thème fortement mobilisateur des mouvances contestataires. Le confinement ne permet plus à la grogne populaire de s'exprimer, mais la colère ne faiblit pas et la gestion de crise, très critiquée, nourrit la contestation», peut-on ainsi lire dans des notes datées des 7, 8 et 9 avril, citées par Le Parisien. Selon le SCRT, le concept de «jour d'après» ne manquerait pas de séduire les syndicats traditionnels, ainsi que les victimes économiques de la crise qui «pourraient être tentées de descendre dans la rue».

A partir de ses observations effectuées sur les réseaux sociaux, le SRCT s’inquiéterait particulièrement d'«une transversalité des luttes [associant] Gilets jaunes et blouses blanches».

Les auteurs de ces notes auraient par exemple constaté la diffusion d'une «attestation de déplacement révolutionnaire» éditée par un média alternatif bordelais se revendiquant des Gilets jaunes. Le document en question comporterait des cases à cocher du type «déplacements entre le domicile et le pouvoir indispensables à l'exercice d'émeutes», ou encore «participation à des commandos sur demande des assemblées populaires».

Un cas parmi d'autres qui fait redouter aux agents du SRCT «la création de comités de lutte entre personnes d'un même immeuble», mais aussi «une organisation commune à distance». Toujours selon Le Parisien, le SRCT estime que les acteurs d'un potentiel embrasement post-confinement seraient issus de mouvances qualifiées d'«ultra», de droite comme de gauche.

Ces révélations interviennent deux jours après l’audition du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, par les députés, lors de laquelle il avait notamment fait part de ses inquiétudes quant à de nouvelles formes de délinquance et pointé l'existence de «réseaux d’ultra-droite et d’ultra-gauche [...] actifs sur le net et qui préparent des actes à la sortie du confinement». «Notre vigilance contre les actes terroristes reste en outre toujours aussi forte», avait ajouté le membre du gouvernement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»