Beauvais : la policière touchée à la tête est dans un état stable, deux interpellations

Beauvais : la policière touchée à la tête est dans un état stable, deux interpellations© PHILIPPE LOPEZ Source: AFP
Une voiture de police déployée pour des contrôles de confinement à Paris le 24 mars (image d'illustration).

Opérée après avoir reçu un projectile à la tête alors qu'elle intervenait pour disperser un attroupement d'une dizaine de personnes contrevenant aux règles de confinement à Beauvais, la jeune policière est dans un état stable.

«La cité de la Roseraie n'est pas connue pour être la plus facile de Beauvais», détaille une source policière proche du dossier contactée par RT France ce 25 mars. Et pour cause, c'est dans ce secteur qu'une jeune policière adjointe de sécurité (ADS) a été blessée à la tête par «un jet de projectile», selon cette même source (un «pavé» selon le syndicat Unité-SGP et RTL) le 24 mars à 17h30 alors qu'elle participait à une intervention policière.

Une dizaine d'individus étaient attroupés, contrevenant ainsi aux règles de confinement, et elle a été touchée «en pleine tête», ainsi que le formule RTL.

Grièvement blessée et prise en charge en urgence au centre hospitalier d'Amiens, la fonctionnaire a été opérée dans la soirée pour un traumatisme crânien avec fracture. «Elle va mieux, elle est stabilisée», assure à RT France la source qui suit son dossier. «On a deux interpellés qui participaient à l'attroupement et l'enquête suit son cours», ajoute cette même source, se félicitant de l'avancée du dossier. Selon l'AFP, les interpellés sont «deux frères de 22 et 17 ans». La policière ADS a pour sa part 23 ans.

Dans la soirée du 24 mars, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a tweeté : «Ce soir, mes pensées vont à cette policière grièvement blessée, alors qu'elle était engagée pour nos protéger. Tout est mis en œuvre pour que ces actes gravissimes ne restent pas impunis. Solidarité avec tous ses collègues de la Police nationale.»

Le collectif de policiers en colère de l'UPNI s'inquiétait justement dans une publication le 24 mars sur Facebook de la difficulté que risquaient de rencontrer les membres des forces de l'ordre déployés sur le territoire national, et y compris dans des secteurs difficiles pour y faire respecter les nouvelles règles de confinement eu égard à la pandémie de Covid-19 : «Quid des secteurs oubliés et perdus de la République ? [...] Attention, sujet sensible, d'autant plus qu'il y a maintenant belle lurette que ces zones ont perdu le sens du rapport police-citoyenneté, et qu'elles ne savent plus tellement ce que le terme Etat français signifie. Il y a des sujets qui fâchent d'autant plus que notre République s'est totalement sabordée dans ces périmètres urbains désétatisés...»

Contacté le 24 mars par RT France, un policier de terrain qui travaille dans un commissariat d'Ile-de-France en zone sensible lâchait seulement : «Je pense que le pire est devant nous en banlieue.»

Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»