Coronavirus : un retour des frontières n’aurait «scientifiquement pas d’intérêt» selon Olivier Véran

Coronavirus : un retour des frontières n’aurait «scientifiquement pas d’intérêt» selon Olivier Véran© Kenzo Tribouillard Source: AFP
Olivier Véran, ministre de la Santé et des Solidarités, le 6 mars 2020 à Bruxelles, en Belgique (image d'illustration).

Le ministre de la Santé a assuré sur l'antenne d'Europe 1 qu'une fermeture des frontières n'avait «pas d'intérêt» d'un point de vue scientifique. Les initiatives en ce sens se multiplient pourtant, y compris au sein même de l'UE.

Interrogé le 13 mars 2020 sur l’antenne d’Europe 1 à propos d’une possible fermeture des frontières afin d’endiguer la propagation de la pandémie mondiale de coronavirus, le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, en a rejeté l’idée même, avançant que «scientifiquement cela n'[avait] pas d'intérêt». «Nous avons posé la question au Conseil scientifique des frontières, comme nous avons posé toutes les autres questions. D’ailleurs, vous aurez des réponses écrites et je souhaite les rendre publiques, toujours dans un souci de transparence. Et ça, ce sera assez nouveau dans la gestion d'une épidémie. La réponse des [savants], c'est que, scientifiquement, ça n'a pas d'intérêt», a-t-il fait valoir.

Egalement interrogé sur le rétablissement de ses frontières décidé par l’Italie, le remplaçant d’Agnès Buzyn a assuré que la République transalpine «se [protégeait] de ses propres régions les plus actives en termes de circulation virale. Donc, la question n'est pas de savoir si on met une frontière entre l'Italie et la France. Un virus n'a pas de frontière, je l'ai déjà dit. Et le virus circule en France, en Espagne, en Allemagne. Il circule même dans des Etats qui ont déjà des frontières. J'étais avec le ministre suisse hier au téléphone, qui est frontalier avec l'Italie et la France [et] qui n'a pas fermé davantage ses frontières.»

Le ministre a encore ajouté que si fermeture des frontières il y avait, elle ne concernerait pas celles de l’Europe. «La question se posera vis-à-vis de pays qui n'ont peut-être pas pris pleinement conscience de la menace virale, et qui n'ont peut-être pas mis en place toutes les mesures», a-t-il enfin expliqué.

La France semble attendre les directives de Bruxelles avant de passer à l'acte, mais cela n’a pas empêché plusieurs pays de l’Union européenne, comme la Slovénie, l’Autriche, la Pologne, La République tchèque ou encore la Slovaquie de renforcer drastiquement les contrôles aux frontières. Des entorses à l’espace Schengen qui ont passablement irrité la nouvelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, qui a mis en garde contre d’«importantes conséquences économiques et sociales».

Dans le même temps, d’autres pays, tels que la Russie, ont annoncé fermer des pans entiers de leurs frontières terrestres comme celles avec la Pologne ou la Norvège, après avoir fermé fin janvier celle avec la Chine.

Lire aussi : Pandémie de coronavirus : les rassemblements de plus de 100 personnes interdits en France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»