Journée des droits des femmes : des militantes anti-immigration agressées par des «antifas» à Paris

Journée des droits des femmes : des militantes anti-immigration agressées par des «antifas» à Paris Source: RT France
Des militants masqués rassemblés devant un bar fermé dans lequel se seraient réfugiées les militantes du collectif Némésis, le 8 mars à Paris.

Un groupe de militantes hostile à l'immigration, le collectif Némésis, a été attaqué par des individus vêtus de noir se réclamant des «antifas», en marge de la manifestation pour les droits des femmes à Paris, ce 8 mars.

Plusieurs militantes du collectif Némésis, un collectif hostile à l'immigration se définissant comme «féministe anticonformiste», se sont invitées à la marche «Grandes gagnantes !» - «On arrête toutes !», organisée le 8 mars à Paris à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes

Brandissant deux banderoles sur lesquelles était écrit : «Immigration de masse = les femmes grandes perdantes» et «Migrants = patriarcat 3,7 millions en marche», ces dernières se sont vues prises à partie violemment par des personnes vêtues de noir, comme on peut le voir sur diverses vidéos publiées sur les réseaux sociaux, notamment par le magazine L’Etudiant Libre et l'organisation étudiante de droite souverainiste La Cocarde

Les images diffusées par le collectif Némésis lui-même montrent également une intervention rapide des gendarmes mobiles. «Une centaine d'hystériques contre dix militantes qui ne se sont pas laissées faire. Vous n'avez rien entre les jambes», ont tweeté les militantes. 

«On a tenu 10 secondes [...] ils nous ont tapé dessus avec nos propres banderoles», a déclaré Alice, membre du collectif jointe par RT France. Elle rapporte s'être ensuite retranchée avec plusieurs de ses camarades dans un bar qui a été contraint de descendre son rideau de fer, tandis que d'autres militantes auraient été exfiltrées par la police vers un métro proche. 

Toujours selon elle, les «antifas» qui les ont attaquées sont restés devant le bar fermé avant qu'elles ne quittent les lieux par une porte dérobée. Des images de l'extérieur consultées par RT France montrent que des individus masqués, hommes et femmes, étaient rassemblés autour du débit de boisson au rideau fermé et scandaient «Paris antifas !». 

Des «antifas» revendiquent une action avec «coups, vols de banderoles et slogans»

Une page Facebook se réclamant de la mouvance antifasciste – Antifa Squads – a revendiqué l'action, dans un message accompagné d'une photo montrant des militants arborant une des banderoles arraché au collectif Némésis. «Des féministes antifascistes sont rapidement intervenues et ont empêché collectivement l'action [du collectif Némésis] de se faire avec coups, vols de banderoles et slogans», ont déclaré les administrateurs de cette page.

«Ils étaient très fiers de nous avoir frappées», a rapporté pour sa part Alice auprès de RT France. Selon elle, plusieurs témoins qui ont tenté de s'interposer ont été brutalisés à leur tour. 

On voulait prôner le fait que l'immigration de masse est contraire à l’émancipation de la femme occidentale

«On voulait prôner le fait que l'immigration de masse est contraire à l’émancipation de la femme occidentale», a par ailleurs déclaré la militante féministe, qui s'est étonnée qu'on ait attaqué «des femmes dans une manifestation féministe». 

Se définissant comme «anticonformiste, lucide et sans tabous», le collectif Némésis s'était déjà mêlé à la manifestation «Nous toutes» contre les violences faites aux femmes en novembre 2019. Brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire : «Cologne, Rotherham, bientôt Panam ?», les militantes avaient voulu dénoncer l'aveuglement des manifestantes concernant les crimes et violences sexuelles commises par les migrants depuis la vague migratoire de 2015.  «Vous voulez nous bâillonner ? Alors nous nous inviterons dans vos manifs [...] nous traquerons vos incohérences sur internet, nous serons l’épine dans votre chaussette», avaient alors promis les activistes de Némésis à la faveur d'un message épinglé en exergue de leur compte Twitter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»