Le député (ex-LREM) qui avait mis un coup de casque à un responsable PS sera jugé en correctionnelle

- Avec AFP

Le député (ex-LREM) qui avait mis un coup de casque à un responsable PS sera jugé en correctionnelle© ERIC FEFERBERG / AFP Source: AFP
M'jid El Guerrab à l'Assemblée nationale, le 3 juillet 2018.

Le député M'jid El Guerrab avait agressé à coups de casque le responsable PS Boris Faure en 2017. Il encourt jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. Son procès au tribunal correctionnel se tiendra mi-décembre 2020.

Le parquet de Paris a requis mi-décembre le renvoi en correctionnelle du député ex-LREM M'jid El Guerrab, qui avait agressé à coups de casque le responsable PS Boris Faure en 2017, selon l'AFP qui cite ce 10 février une source judiciaire.

Dans son réquisitoire définitif, le parquet de Paris a réclamé un procès contre M'jid El Guerrab pour «violences avec arme par destination ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de huit jours», un délit pour lequel il encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

La décision finale concernant la tenue d'un éventuel procès appartient désormais au juge d'instruction en charge de l'enquête. 

Dans un état critique après l'agression

Le 30 août 2017, Boris Faure, alors premier secrétaire PS de la Fédération des Français de l'étranger, avait été frappé à la tête à coups de casque par M'jid El Guerrab, député des Français de l'étranger.

Il avait dû être opéré en urgence dans la nuit, et avait déclaré par la suite avoir été «entre la vie et la mort ou en tout cas dans un état assez critique» après cette agression.

Les deux hommes nourrissaient un contentieux né du départ fin 2016 du PS de M'jid El Guerrab qui a rallié La République en marche. M'jid El Guerrab avait assuré avoir réagi lors de cette agression «à des insultes racistes» de la part de Boris Faure, qui contestait cette accusation.

Face au tollé, M'jid El Guerrab avait démissionné du parti présidentiel sans pour autant abandonner son mandat parlementaire, et ce malgré les appels pressants de son camp.

Lire aussi : Accusé de violences, un député devient membre d'une commission en lutte contre... des violences

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»