Attaque à la préfecture de police de Paris : Eric Ciotti pointe «une défaillance collective»

Attaque à la préfecture de police de Paris : Eric Ciotti pointe «une défaillance collective»© Antoine Boitel / RT France
En présence du rapporteur LREM Florent Boudié, le président de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’Affaire Harpon, Eric Ciotti, évoque devant la presse les dysfonctionnements dans la détection de la radicalisation de Mickaël Harpon.

Ce 5 février, le président de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’affaire Harpon, Eric Ciotti, a notamment pointé «une accumulation de signes» avant l'attaque, le 3 octobre dernier, contre la préfecture de police de Paris.

La commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’affaire Harpon a livré ce 5 février quelques éléments de son rapport à mi-parcours de ses travaux. Devant la presse, le député Les Républicains (LR) Eric Ciotti, qui en assure la présidence, a affirmé qu’«il y [avait] eu une accumulation de signes» en amont de la tuerie qui a eu lieu le 3 octobre dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris. Celle-ci a causé la mort de trois policiers et un agent de la préfecture dont une femme.

La situation de son handicap a conduit peut-être à une plus faible vigilance de ses collègues

«Nous avons eu connaissance d'une faillite collective [...] compte tenu du profil de Mickaël Harpon», a affirmé le député LR des Alpes-maritimes, pointant dans la foulée des «signaux faibles en matière de radicalisation» islamistes «émis à plusieurs reprises». Interrogé par RT France sur l’hypothèse que Mickaël Harpon ait pu commettre son attentat, en réaction aux discriminations dont il aurait été victime, Eric Ciotti a ainsi déclaré : «Le lien n’a pas été fait […]. La situation de son handicap a conduit peut-être à une plus faible vigilance de ses collègues. C’était souvent quelqu’un qui aimait les formes de provocation à l’égard de ses collègues.» Dans ce sillage, Eric Ciotti a évoqué le sentiment de «frustration» qu’aurait ressenti Mickaël Harpon, concernant son évolution professionnelle peu rapide à son goût. 

Accumulation de dysfonctionnements majeurs, structurels, fonctionnels et organisationnels

Poursuivant leur compte-rendu, Eric Ciotti et le rapporteur de la commission, Florent Boudié (LREM), se sont montrés particulièrement critiques à l’égard de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) à laquelle Mickaël Harpon appartenait. Celle-ci avait notamment pour mission le recueil du renseignement sur la radicalisation djihadiste. Faisant part de la «sidération» de l’ensemble de la commission face à une «accumulation de dysfonctionnements majeurs, structurels, fonctionnels et organisationnels», et face à «l'amateurisme» de la direction, ils ont en outre déploré l’absence de «formation à la détection et la prévention des risques de radicalisation islamiste». Selon eux, la DRPP n’appliquait pas «des standards en vigueur dans les autres services de renseignement» comme la DGSI (sécurité intérieure) ou la DGSE (sécurité extérieure).

Répondant à RT France sur une éventuelle «déconnexion de la hiérarchie» dans cette affaire – Laurent Nunez, l’actuel secrétaire d’Etat au ministre de l’Intérieur, était à l’époque le numéro deux de la préfecture de police à l’époque des premiers signalements – Florent Boudié a mis en exergue un dysfonctionnement dans la transmission de ces information sensibles, exemptant ainsi les plus hauts responsable de la DRPP : «Ce que nous constatons, c’est que la remontée d’informations n’a pas dépassé le stade du chef de section : c’est-à-dire le supérieur hiérarchique immédiat de Mickaël Harpon.»

Selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, les services de police étudient «106 cas» de policiers soupçonnés de radicalisation islamiste depuis le 3 octobre 2019.

Lire aussi : Suspendu pour suspicion de radicalisation après l'affaire Harpon, un policier saisit la justice

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»