Surpopulation carcérale : la France épinglée par la Cour européenne des droits de l'Homme

- Avec AFP

Surpopulation carcérale : la France épinglée par la Cour européenne des droits de l'Homme© Eric Vidal Source: Reuters
La prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) (image d'illustration).

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné, ce 30 janvier, la France pour les conditions de détention dans ses prisons surpeuplées. Cette décision fait suite à la saisie de 32 détenus de maisons d'arrêt françaises.

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné la France dans un arrêt rendu ce 30 janvier. La juridiction reproche à la France ses conditions de détention dans des maisons d'arrêt souvent surpeuplées. La CEDH n'a pas intimé à la France d'agir, mais lui a recommandé de prendre des mesures face à ce «problème structurel».

Elle recommande également l'Etat français à «envisager l'adoption de mesures générales visant à supprimer le surpeuplement et à améliorer les conditions matérielles de détention», selon un communiqué de presse diffusé par l'institution européenne.

Cette décision fait suite à la saisie de la Cour par 32 détenus des prisons de Fresnes (Val-de-Marne), Nice (Alpes-Maritimes), Nîmes (Gard), Ducos (Martinique) et Nuutania (Polynésie). 

70 818 détenus en France contre 61 065 places opérationnelles

Outre la surpopulation carcérale, les plaignants dénonçaient des établissements vétustes, ainsi que l'absence de recours offerts par la justice française pour y remédier. Les juges administratifs n'ont, en effet, pas le pouvoir d'agir concrètement sur les conditions de détention des détenus.

Selon les derniers chiffres rendus publics par l'administration pénitentiaire, il y avait 70 818 personnes incarcérées dans les 188 établissements pénitentiaires français au 1er octobre 2019, pour seulement 61 065 places opérationnelles. La densité carcérale française s'établit ainsi à 116%, en baisse de 2% en un an. Le nombre de matelas au sol s'élevait, en 2019, à 1 497 contre 1 353 un an auparavant.

La CEDH estime dans son arrêt que les détenus français ne bénéficient pas, dans leur majorité, de «conditions de détention décentes». Pour Patrice Spinosi, avocat de l'Observatoire international des prisons (OIP), à l'origine de la requête déposée par les 32 détenus, la décision de la CEDH constitue «une immense victoire, l'aboutissement des efforts de l'OIP depuis 10 ans pour faire reconnaître l'état de délabrement des prisons françaises». Selon lui, «c'est un grand chantier qui s'ouvre» avec cette condamnation, qui doit conduire à une «réflexion globale sur le sens de la peine», et pas seulement à la construction de nouvelles prisons.

Lire aussi : Près de 15 000 étrangers dans les prisons françaises, soit plus d'un détenu sur cinq

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»