Emmanuel Macron adresse ses traditionnels vœux à la presse

Après avoir fait l'impasse en 2019, le président de la République présente ses vœux 2020 à la presse. Entre la réforme des retraites, les Gilets jaunes et la polémique sur les violences policières, le discours d'Emmanuel Macron est forcément attendu.

Mise à jour automatique
  • Emmanuel Macron a annoncé qu'il n'y aura pas de questions de la salle. Les vœux sont terminés, merci de les avoir suivis.

  • Emmanuel Macron fait remarquer la «concurrence entre deux modèles» : «Un modèle anglo-saxon qui veut donner le primat à la diffusion et qui considère qu'on peut éradiquer tout ce qui relève d'une production indépendante de contenu [...] et de l'autre côté, un modèle français – car nous sommes les principaux et parfois seuls à les défendre : les auteurs, les journalistes, les reporters, les photographes.»

    «Sur ce sujet, nous ne devons rien céder», affirme-t-il.

  • La loi contre les fausses informations en période électorale n'est pas, selon Emmanuel Macron, «une menace pour votre profession».

    «Ce n'est pas au gouvernement de dire qui est journaliste, qui ne l'est pas, quel est le statut de l'information, etc.», poursuit-il. «Mais la société du commentaire permanent n'est pas la société de l'information», ajoute-t-il, y voyant «une menace pour la démocratie» en mentionnant la «multiplication des auteurs possibles, de traces ou de simili journalistiques».

  • «Si chacun dans la rue peut faire du journalisme avec son téléphone portable sans qu’on puisse savoir qui, comment et à quel moment, alors il n’y aura plus de journalistes», déclare Emmanuel Macron lors de ses vœux à la presse.

  • Emmanuel Macron constate que «nous sommes collectivement confrontés à une lutte, celle contre les fausses informations». Il atteste que la loi de 1881 est dépassée pour lutter contre celles-ci car, à l'époque selon lui, des élections ne se sont pas fait «manipuler et de manière établie par des attaques sur les réseaux sociaux et des détournements d'information».

  • Emmanuel Macron défend «la régulation» du monde médiatique : «Historiquement, elle vous a protégés.» Il évoque ainsi une protection «pour la liberté de la presse» en permettant la distinction «entre ce qui est de la presse et ce qui ne l'est pas».

  • «Il y a une violence de rue qui s'est installée dans notre pays [...] il nous faut évidemment la réprimer, la combattre avec beaucoup de clarté, la sanctionner à chaque fois qu'elle existe [...] il nous faut aussi en comprendre les prémices», argumente le président.

  • Commentant la «liberté de blasphème», le chef de l'Etat explique : «Je souhaite que notre pays continue de ne pas céder à [...] l'esprit de lapidation ou à cette forme d'ordre moral autoproclamé». Il souhaite qu'«on puisse continuer de critiquer très librement toute forme politique, toute forme de religion, tout Etat».

  • «Je ne connais aucun policier ou gendarme qui s'engage dans les forces de l'ordre pour être violent. Il y a une violence de rue qui s'est installée dans notre pays, dont on vu les traces au moment de l'évacuation de Notre-Dame-des-Landes et qui s'est largement développée depuis. Je serai intraitable à ce sujet, mais il faut aussi comprendre comment un tel nihilisme peut saisir certains de nos concitoyens.», explique le président de la République.

    Il ajoute : «Il importe d'exiger [des forces de l'ordre] le respect de toute la déontologie et de l'exemplarité. Les journalistes doivent être protégés de la violence pour qu'ils puissent être capables de faire leur métier comme ils doivent le faire.»

  • Cette liberté est aussi «bousculée par la pression, les effets de foule qui accompagnent les réseaux sociaux», affirme le chef de l'Etat, en déplorant «une forme d'ordre moral qui accompagne notre époque» sur des «questions» ou des «causes».

Découvrir plus

Après un exercice traditionnel effectué en 2018, Emmanuel Macron présente de nouveau ses vœux à la presse ce 15 janvier. En 2019, le chef de l'Etat n'avait effectivement pas présenté ses vœux aux corps constitués ou à la presse afin de se concentrer sur le «grand débat national». Un an après, le climat social est toujours tendu avec l'explosive réforme des retraites ou encore la crise sociale pérenne des Gilets jaunes.

L'intervention d'Emmanuel Macron sera donc particulièrement scrutée. Le président de la République aura l'occasion d'évoquer ses rapports avec le monde médiatique. L'Elysée, qui souffle le chaud et le froid avec une partie de la presse, n'a par exemple pas répondu à la demande d'accréditation de RT France pour cette cérémonie.

Lire aussi : Une loi pour contrôler internet au nom des «fake news» ? L'annonce de Macron fait polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»