«Doriot serait-il le nouveau mentor de Mélenchon ?» : le président du Crif riposte

«Doriot serait-il le nouveau mentor de Mélenchon ?» : le président du Crif riposte© FRANCOIS GUILLOT / AFP Source: AFP
Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif)

Le Conseil représentatif des institutions juives de France a riposté aux attaques de Jean-Luc Mélenchon, qui avait évoqué les «ukases arrogantes des communautaristes du CRIF» dans un de ses textes.

«Doriot serait-il le nouveau mentor de Mélenchon ?» : c’est notamment par l’évocation du député communiste, puis leader fasciste et collaborationniste sous l’Occupation Jacques Doriot, que le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Francis Kalifat, a répondu à une nouvelle attaque de Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué diffusé sur Twitter par son organisation le 14 décembre.

Le président du Crif n'a pas hésité à faire référence à l'antisémitisme durant la Seconde Guerre mondiale contre le président de la France insoumise qui avait tancé les «ukases [«ordres» sans appel] arrogantes des communautaristes du Crif» dans un communiqué sur la défaite de Jeremy Corbyn aux élections générales britanniques. 

Selon le président du Crif, «les propos inadmissibles d'un Mélenchon à la dérive, avide de visibilité médiatique, sont inspirés d'une rhétorique vichyste du complot juif».

L'organisation a par ailleurs pointé du doigt un «amalgame aussi choquant que surprenant» de la part du chef du parti de gauche : «Quel lien existe-t-il entre le Crif et les élections britanniques ?», a interrogé le texte. 

Nouvelle passe d'armes sur fond de Brexit 

La veille, Jean-Luc Mélenchon avait publié un communiqué amer sur la défaite historique du travailliste britannique Jeremy Corbyn qui ne l'a selon lui «pas étonné». Il reprochait entre autres au chef de parti de ne pas avoir riposté aux attaques des «blairistes» de sa formation et à une «grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud [parti de Benyamin Netanyahou en Israël, ndlr.]». 

«Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires», avait-il dénoncé avant de promettre ne pas agir de la même façon.

«Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogantes des communautaristes du Crif : c’est non. Et non c’est non», pouvait-on lire en guise de conclusion, remettant ainsi le feu aux poudres avec l'organisation communautaire à laquelle Jean-Luc Mélenchon est régulièrement opposé depuis plusieurs années. 

Lire aussi : Défaite de la gauche au Royaume-Uni : Jean-Luc Mélenchon s'en prend au Crif

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»