«C'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue» : Trump raille Macron devant la presse

«C'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue» : Trump raille Macron devant la presse© Ludovic Marin/Pool Source: Reuters
Les présidents Emmanuel Macron et Donald Trump tiennent une conférence de presse en marge du sommet de l'OTAN près de Londres, le 3 décembre 2019.

Donald Trump, qui enjoint depuis des mois les Européens à rapatrier leurs ressortissants partis combattre avec Daech, a reproché à Emmanuel Macron de se montrer trop flou sur le sujet. Les deux hommes se rencontraient en marge d'un sommet de l'OTAN.

Lors d'une conférence de presse entre les deux hommes près de Londres, en marge du sommet des 70 ans de l'OTAN, Donald Trump a reproché à son homologue français une approche trop floue, à ses yeux, de la question du rapatriement des Français partis rejoindre Daech en Irak et en Syrie.

Répondant à une question d'un journaliste, le chef d'Etat américain s'exprimait au sujet des djihadistes étrangers emprisonnés en Syrie, qui «viennent en majorité d'Europe», avant de proposer, de manière un peu cavalière, à Emmanuel Macron : «Voudriez-vous des combattants de l'Etat islamique ? [...] Vous pouvez prendre tous ceux que vous voulez !»

Le président français s'est alors lancé dans un long exposé : «Soyons sérieux, il y a beaucoup de combattants de l'Etat islamique qui viennent de Syrie, de l'Irak, de la région. Il y a certes des combattants étrangers qui viennent d'Europe, mais c'est une minorité à l'échelle du problème et la priorité principale c'est se débarrasser de l'Etat islamique et de ces groupes terroristes [...] Certains de ces combattants étrangers vont être jugés en Irak parce que leurs actions criminelles ont été faites dans cette région ; nous avons une approche humanitaire pour les enfants et nous aurons une approche au cas par cas. [...] Ne nous y trompons pas : le problème numéro 1, ce n'est pas les combattants emprisonnés [mais] les combattants en liberté dans la région et il y en a de plus en plus au vu de la situation actuelle.»

Donald Trump a réagi à ces propos par un compliment railleur : «C'est la marque d'un grand homme politique, c'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue !»

Le thème est un sujet de tensions entre les Européens et le locataire de la Maison Blanche : le 1er août, le président des Etats-Unis avait menacé l'Europe en ces termes : «Nous avons des milliers de combattants de l'EI que nous voulons que l'Europe rapatrie. [...] S'ils ne les prennent pas, nous aurons probablement à les libérer en Europe.» Le 17 février, Donald Trump avait déjà exhorté les pays européens à récupérer leurs ressortissants djihadistes, tweetant : «Les Etats-Unis ont demandé au Royaume-Uni, la France, l'Allemagne [...] de reprendre plus de 800 combattants de l'Etat islamique que nous avons capturés et de les juger», expliquant que dans le cas contraire, les Etats-Unis seraient «forcés de les libérer». 

Lire aussi : La Turquie va renvoyer 11 djihadistes «d'origine française»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»