Trump menace de nouveau l'Europe de libérer les terroristes de l'EI si l'Europe ne les rapatrie pas

Trump menace de nouveau l'Europe de libérer les terroristes de l'EI si l'Europe ne les rapatrie pas© Bryan Woolston Source: Reuters
Donald Trump, le 1er août 2019.

Le président des Etats-Unis a de nouveau enjoint à l'Europe de rapatrier «ses» djihadistes, faits prisonniers en Syrie, sous peine de les libérer. Une menace que le chef d'Etat avait déjà formulée en février dernier.

Donald Trump y tient : le 1er août, le président des Etats-Unis a de nouveau pressé l'Europe de rapatrier ses ressortissants djihadistes, faits prisonniers lors de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), menaçant de les libérer si les pays concernés n'acceptaient pas d'obtempérer. 

«Nous avons des milliers de combattants de l'EI que nous voulons que l'Europe rapatrie. [...] S'ils ne les prennent pas, nous aurons probablement à les libérer en Europe.», a ainsi déclaré le président des Etats-Unis, dans une vidéo prise et relayée par le journaliste Aaron Rupar. 

Lors d'une conférence de presse organisée le même jour, le coordinateur du contre-terrorisme au département d'Etat américain, Nathan Sales, avait lui aussi formulé cette demande. Estimant que les djihadistes détenus par les Forces démocratiques syriennes (FDS), l'alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington, n'avaient pas renoncé à leur idéologie, il proclamait : «Nous avons tous pour obligation de les empêcher de revenir sur le champ de bataille.» Et de poursuivre : «La manière la plus efficace pour cela, c'est que leur pays d'origine rapatrie ses citoyens et les juge pour les crimes qu'ils ont commis.»

Le procureur adjoint de la justice chargé des affaires de sécurité nationale John Demers avait exprimé le même souhait au cours de la même conférence : «Nous espérons que les autres pays, y compris nos alliés et partenaires européens, assumeront eux aussi la responsabilité de leurs propres citoyens qui ont rejoint l'EI.»

Le 17 février dernier, Donald Trump avait déjà exhorté les pays européens à récupérer leurs ressortissants djihadistes. «Les Etats-Unis ont demandé au Royaume-Uni, la France, l'Allemagne [...] de reprendre plus de 800 combattants de l'Etat islamique que nous avons capturé et de les juger», écrivait-il alors sur Twitter, expliquant que dans le cas contraire, les Etats-Unis seraient «forcés de les libérer». 

Les FDS détiennent plus de 10 000 djihadistes dont 8 000 venus d'Irak et de Syrie et 2 000 étrangers venus de plus de 50 pays, y compris plusieurs centaines d'Européens, selon les chiffres donnés par le représentant spécial américain pour la Syrie James Jeffrey le 1er août.

L'administration semi-autonome kurde qui contrôle le nord-est de la Syrie refuse de juger les étrangers et réclame leur renvoi vers leurs pays d'origine. Mais les puissances occidentales se montrent globalement réticentes à leur retour, face à l'hostilité d'une partie de leurs opinions publiques.

Lire aussi : Retour des djihadistes : le parquet antiterroriste rappelle la «capacité d'action» de Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»