La Turquie va renvoyer 11 djihadistes «d'origine française»

- Avec AFP

La Turquie va renvoyer 11 djihadistes «d'origine française»© Huseyin Aldemir Source: Reuters
Un véhicule militaire turc dans la ville d'Akcakale, à la frontière syrienne, le 24 octobre 2019 (image d'illustration).

La Turquie a annoncé qu'elle allait expulser «11 combattants étrangers d'origine française» dans le prochains jours, dans le cadre d'une campagne d’expulsion de membres étrangers de Daesh lancée le 11 novembre.

«Les démarches concernant 11 combattants étrangers d'origine française sont en cours», a déclaré ce 11 novembre le porte-parole du ministère turc de l'Intérieur Ismail Catakli, après avoir annoncé l’expulsion prochaine de 10 Allemands, deux Irlandais, un Danois et un Américain.

Ces 11 djihadistes d'origine française sont «en majorité des femmes», a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Certaines de ces personnes sont en prison «depuis longtemps» et d'autres sont arrivées «plus récemment», a également confié cette source. Elles seront toutes interpellées et présentées à un juge à leur arrivée en France dans le cadre du «protocole Cazeneuve». Signé en 2014, cet accord de coopération policière entre Paris et Ankara permet que des djihadistes rentrant de Syrie via la Turquie soient immédiatement interceptés à leur retour.

Le début d'expulsion de djihadistes étrangers par la Turquie, à partir de ce 11 novembre, avait été annoncé le 8 novembre par le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu.

Mais Ankara a été accusé ces dernières semaines, notamment par le président français Emmanuel Macron, de prendre le risque d’affaiblir la lutte contre les éléments dispersés de Daesh en lançant, le 9 octobre, une offensive en Syrie. Cette opération militaire turque visait la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qui lutte contre l'organisation terroriste djihadiste.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué, le 8 novembre, que la Turquie avait capturé 287 personnes qui s'étaient échappées de prison pour membres de Daesh en Syrie, après le déclenchement de l'offensive d'Ankara.

Lire aussi : «Pas un hôtel» pour Daesh : Ankara compte renvoyer dans leurs pays les djihadistes capturés en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»