«Pas un hôtel» pour Daesh : Ankara compte renvoyer dans leurs pays les djihadistes capturés en Syrie

- Avec AFP

«Pas un hôtel» pour Daesh : Ankara compte renvoyer dans leurs pays les djihadistes capturés en Syrie© Ahmet Bolat Source: Reuters
Le ministre turc de l'Intérieur, Suleyman Soylu, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Istanbul, le 21 août 2019. (image d'illustration)

Le ministre turc de l'Intérieur a affirmé que son pays n'avait pas l'intention de garder éternellement les djihadistes étrangers, notamment européens, capturés en Syrie.

La Turquie a affirmé ce 2 novembre qu'elle ne garderait pas «jusqu'à la fin des temps» les prisonniers étrangers du groupe Etat islamique capturés en Syrie, et finirait par les renvoyer dans leurs pays d'origine, notamment européens.

Nous ne sommes pas un hôtel pour les membres de Daech

«En ce qui concerne les [djihadistes] étrangers, nous allons les garder sous notre contrôle pendant encore un certain temps. Ensuite, nous les renverrons dans leurs pays», a déclaré à la presse le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu. «Nous n'allons pas pouvoir les garder jusqu'à la fin des temps [...] Nous ne sommes pas un hôtel pour les membres de Daech», a-t-il insisté.

Le ministre turc a, en outre, accusé plusieurs pays européens, comme les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, de déchoir certains de leurs ressortissants de leur nationalité pour empêcher Ankara de les expulser.

«Ils ont trouvé une solution facile [...] Ils disent : "Je l'ai déchu de sa nationalité, débrouillez-vous." C'est inacceptable de notre point de vue. C'est totalement irresponsable», a déclaré le ministre turc.

La Turquie a lancé le mois dernier une offensive dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde qu'elle qualifie de «terroriste». Dans le cadre de cette incursion, stoppée après la signature d'accords avec les Etats-Unis et la Russie, les forces turques ont mis la main sur des membres de Daesh qui avaient été faits prisonniers par les combattants kurdes. Selon plusieurs pays, comme les Etats-Unis, d'autres prisonniers de Daesh se sont échappés de prison en Syrie en profitant du chaos causé par l'offensive turque.

Ankara appelle régulièrement les pays européens à reprendre leurs ressortissants qui ont intégré les rangs de l'EI en Syrie, mais ceux-ci sont peu enclins à les récupérer, notamment pour des raisons sécuritaires.

Lire aussi : Daesh : les tergiversations de l'exécutif sur les revenants mettront-elles la France en danger ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»