Suite à 10 000 euros de loyer impayé, l'Etat financerait les dettes de Théo Luhaka

Suite à 10 000 euros de loyer impayé, l'Etat financerait les dettes de Théo Luhaka Source: AFP
Théo Luhaka en octobre 2017 à Bobigny

Le loyer de Théo Luhaka serait actuellement payé avec de l'argent public, selon une information du Point. Le jeune homme avait été interpellé en février 2017, accusant la police de lui avoir pénétré l'anus avec une matraque télescopique.

Théodore Luhaka (dit Théo) financé par le contribuable ? C'est ce que semble révéler le journal Le Point. Aujourd'hui âgé de 25 ans, le jeune homme accuserait des loyers impayés à hauteur de 10 000 euros pour son appartement de 76 mètres carrés. La trêve hivernale rend toutefois son expulsion impossible.

Pour remédier à cette situation, l'Etat serait donc en train de financer les dettes de Théo Luhaka. C'est la préfecture de Seine-Saint-Denis qui prendrait en charge les dépenses.

Interpellé en février 2017 pour avoir empêché des policiers de poursuivre un dealer, Théodore Luhaka avait accusé les forces de l'ordre de l'avoir violé au moyen d'une matraque télescopique. Le président François Hollande s'était alors rendu à son chevet à l'hôpital. Théo Luhaka se trouve accessoirement être le neveu d'un ministre congolais.

Théo Luhaka, victime de brutalité policière ou escroc ?

Depuis, les images de vidéosurveillance ainsi que plusieurs expertises sont venues contredire la version de Théo. La qualification de viol en réunion ne sera ainsi pas retenue contre les policiers. Les fausses accusations de Théo Luhaka avaient déclenché une série de violences urbaines en région parisienne.

En septembre 2018, Théo a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée. Lui et son frère sont accusés d'avoir détourné, via une association, 678 000 euros de subventions publiques en dix-huit mois. Ces subventions étaient destinées à créer des emplois pour les jeunes dans les banlieues.

Lire aussi : Théodore Luhaka mis en examen dans une affaire d'«escroquerie en bande organisée»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»