Un an après les violences reprochées à la police dans un Burger King à Paris, où en est l'enquête ?

Un an après les violences reprochées à la police dans un Burger King à Paris, où en est l'enquête ?© Zakaria ABDELKAFI Source: AFP
Des CRS échangent avec des Gilets jaunes à Paris, le 29 décembre 2018 à Paris (image d'illustration).

Une intervention policière musclée avait eu lieu dans un établissement de restauration rapide à Paris lors de l'acte 3 des Gilets jaunes. Les CRS impliqués ne semblent pas inquiétés par l'inspection administrative, selon une enquête du Monde.

Le quotidien vespéral Le Monde publie, ce 26 novembre, un article qui vient rappeler qu'après une intervention musclée de la première section de la 43e compagnie républicaine de sécurité de Chalon-sur-Saône dans un Burger King avenue Wagram à Paris le 1er décembre 2018, ni l'enquête de la section parisienne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), ni l'information judiciaire n'ont permis d'établir quels policiers étaient concernés par les faits de violences qui sont reprochés à la police nationale.

Lors de l'acte 3 des Gilets jaunes à Paris, des manifestants s'étaient «réfugiés», selon Le Monde, dans ce fast-food où ils avaient été «violemment molestés», selon cette même source. Les vidéos de ces instants avaient rapidement été reprises sur les réseaux sociaux où elles sont devenues virales, suscitant notamment l'indignation des soutiens des Gilets jaunes.

Depuis lors, une enquête préliminaire a été diligentée et conclue au sein de la branche parisienne de l'IGPN, mais, selon un document dont Le Monde a eu connaissance, les auditions des deux gradés sur place (un commandant divisionnaire et un capitaine) n'ont pas permis d'établir l'identité des fonctionnaires impliqués.

Les deux officiers assurent qu'ils ne parviennent pas à identifier leurs hommes sous les tenues de protection et le capitaine précise même : «Si je ne reconnais pas ces fonctionnaires, personne d’autre ne peut être en mesure de les identifier.» Pourtant selon le journal, sur les images de vidéosurveillance du restaurant, on distingue clairement les visages de certains policiers dont la visière du casque de maintien de l'ordre est relevée. «D'autres détails, comme des armements et des dossards distinctifs» pourraient également permettre d'identifier les CRS impliqués sur ces vidéos, selon Le Monde.

Le quotidien du soir note aussi qu'il a eu accès à des «rapports confidentiels» qui documenteraient un emploi «injustifié» de la force mais préciseraient également le contexte de «grande pression» dans lequel les policiers devaient travailler ce jour-là.

Enfin, d'après Le Monde, «plusieurs sources interrogées» auraient assuré que «l’instruction en cours devrait permettre d’avancer» au sujet de l'identification des policiers concernés par cette opération contestée.

Lire aussi : Maintien de l'ordre : la France face au défi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»