Les Républicains élisent leur président : un sursaut en vue ? (DOSSIER)

Les Républicains élisent leur président : un sursaut en vue ? (DOSSIER)© JOEL SAGET Source: AFP
Julien Aubert, Christian Jacob, Guillaume Larrivé postulent pour la présidence du parti LR (image d'illustration).

Durant le week-end du 12 et 13 octobre, les adhérents du parti Les Républicains votent pour élire leur nouveau président après une succession de crises électorales et internes. RT France décrypte les enjeux de cette élection.

L'heure est-elle à la clarification ? Du 12 au 13 octobre, les 130 000 adhérents du parti Les Républicains (LR) votent pour élire leur nouveau chef de file après la démission de Laurent Wauquiez le 2 juin 2019, au lendemain de la débâcle subie par le parti aux européennes.

Quels candidats ?

Les trois prétendants à la présidence sont :

– L'actuel patron des députés de l'Assemblée nationale Christian Jacob, favori de cette élection, vu comme un candidat (trop ?) consensuel.

– Le député du Vaucluse et partisan d'une ligne gaulliste Julien Aubert, pouvant être jugé comme l'outsider.

– Le député de l'Yonne, Guillaume Larrivé, souvent décrit comme le défenseur d'une ligne libérale-conservatrice, libérale dans le domaine économique, conservatrice pour ses positions sociétales.

Quels thèmes ?

Dans une élection promise à Christian Jacob, le député Guillaume Larrivé tente un coup de poker faisant de l'œil à la droite conservatrice et sarkozyste, avec sa proposition de fin du droit du sol. Cela suffira-t-il pour prendre la présidence des Républicains ?

Entre opposition et majorité

Autre point d'interrogation, la position qu'adoptera l'homme fort du parti envers La République en marche et l'opposition. Jamais le «grand» parti de la droite n'a en effet semblé aussi affaibli, que ce soit en termes de forces militantes ou de clarté idéologique. Si bien que LR doit trouver sa place entre les deux grandes forces politiques du moment à droite : La République en marche, incarnant l'aile libérale, et le Rassemblement national, captant un électorat conservateur.

L'héritage du gaullisme ?

Héritier du gaullisme, le parti LR a effectivement, peu à peu, tourné le dos à cette inspiration. Les Républicains (ex-RPR, ex-UMP) ont préféré miser, avec une accélération dans les années 2000 lors de la création de l'UMP, sur une fusion idéologique avec le centre libéral.

Aujourd'hui, le parti LR semble ainsi être traversé par des divergences internes de plus en plus marquées. L'élection de son président est donc un enjeu particulièrement important pour un parti qui souhaite retrouver une assise électorale. Avec 2022 en ligne de mire.

Bastien Gouly

Lire aussi : A la Baule, Les Républicains tentent de se reconstruire après la déconvenue des européennes (VIDEOS)

Auteur: RT France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»