Des imams rendent un hommage aux familles des victimes de l'attaque de la Préfecture de police

Des imams rendent un hommage aux familles des victimes de l'attaque de la Préfecture de police© Capture d'écran Twitter, @Lilaafa_RT
images
Rassemblement sur la place Saint-Michel de Paris en hommage aux familles des victimes de la récente attaque de la préfecture de police, organisé par des imams dont le fameux Hassen Chalghoumi.

Des imams ont organisé sur la place Saint-Michel de Paris, un rassemblement aux familles des victimes de la récente attaque de la préfecture de police de Paris. L'un de ces imams, Hassen Chalghoumi, s'est dit déçu par la faiblesse de la mobilisation.

Pour exprimer leur solidarité aux familles des victimes de l'attaque de la préfecture de police de Paris, des imams ont organisé une mobilisation le 10 octobre 2019, sur la place Saint-Michel de Paris.

L'un de ces organisateurs, Hassen Chalghoumi, président de la Conférence des imams de France, s'est dit lui-même déçu par le faible nombre de personnes ayant répondu à l'appel. Et pour cause : ils n'étaient qu'une poignée – dont l'écrivain Marek Halter – sur la place parisienne, en fin d'après-midi, déployant une banderole indiquant : «Citoyens musulmans contre la radicalisation» et «Soutiens aux victimes et leurs familles».

L'ancien imam de la mosquée de Drancy Hassen Chalghoumi, dont la légitimé au sein de la communauté musulmane française ne fait pas l'unanimité, a déclaré que la mobilisation constituait «un appel à joindre le discours du président de la République de s'engager».

Les imams à l’origine du rassemblement ont réalisé une prière en hommage aux victimes de la tuerie de la préfecture.

Le 3 octobre, Mickaël Harpon, qui travaillait depuis 2003 à la préfecture, a tué quatre de ses collègues avec un couteau (en métal et non en céramique, comme indiqué pendant un temps dans les médias), avant d'être abattu. Cet informaticien de 45 ans s'était converti à l'islam depuis une dizaine d'années et fréquentait des membres de la mouvance «islamiste salafiste», selon les enquêteurs. L'enquête menée conjointement par la brigade criminelle et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sur l'attentat aurait révélé, selon le Parisien, que Mickaël Harpon avait en sa possession à son domicile une clé USB contenant des vidéos de propagande de l'organisation terroriste djihadiste Daesh.

Lire aussi : La Grande Interview : Noémie Halioua et Hassen Chalghoumi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»