Harpon détenait des vidéos de Daesh sur une clé USB remplie de données sur ses collègues

Harpon détenait des vidéos de Daesh sur une clé USB remplie de données sur ses collègues© AFP
Mickaël Harpon (image d'illustration).

Mickaël Harpon, l'assaillant islamiste radicalisé de la préfecture de police qui a tué quatre personnes le 3 octobre aurait eu en sa possession des données sur des dizaines de collègues et des vidéos de propagande de Daesh sur la même clé USB.

L'enquête menée conjointement par la brigade criminelle et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sur l'attentat de la préfecture de police survenu le 3 octobre à Paris aurait révélé, selon les informations du Parisien, que l'assaillant islamiste radicalisé Mickaël Harpon avait en sa possession à son domicile une clé USB contenant des vidéos de propagande de Daesh et les coordonnées et données personnelles de plusieurs dizaines de ses collègues à la préfecture. [Il a depuis été établi, notamment par Christophe Castaner lui-même face aux sénateurs le 10 octobre en commission d'enquête, que la clé USB en question ne se trouvait pas au domicile de Mickaël Harpon mais dans son bureau à la préfecture].

Il n'est pas précisé pour le moment si l'agent a lui-même extrait ces données, mais les enquêteurs chercheraient à présent à savoir s'il comptait les communiquer à des tiers. Contacté par RT France, un ancien policier du renseignement qui a travaillé à la direction de la surveillance du territoire (DST) puis à la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), estime qu'il est rigoureusement impossible que Mickaël Harpon ait sorti ces données de l'enceinte de la préfecture de police de Paris dans le cadre de ses attributions professionnelles, ainsi que l'ont suggéré plusieurs médias, dont Le Parisien. Selon le quotidien d'Ile-de-France, la question se poserait de savoir si l'assaillant radicalisé «disposait [de ces données] dans le cadre de ses fonctions habituelles».

«On entend n'importe quoi dans les médias, à ce sujet. C'est absurde ! Les données sur les collègues ne sortent jamais de l'enceinte du bâtiment et on a déjà eu des problèmes de ce type, notamment à Marseille. La cause, elle est simple : la politique de recrutement n'est pas bonne et on se retrouve dans ces services avec des profils qui n'auraient jamais dû s'y trouver», a expliqué la source du renseignement interrogée par RT France.

Interrogée sur France 2 sur la possession par Mickaël Harpon de cette clé USB, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a dit ne pas pouvoir répondre «à ce stade» : «Nous disons toujours ce que nous savons au moment où nous le savons. [...] Je ne peux pas vous garantir aujourd'hui que toutes les informations dont nous disposerons seront rendues publiques car s'il s'agit de protéger notamment des agents français, nous devons évidemment continuer à le faire. [...] En matière de défense du secret, il me semble que tout ne peut pas être dit, c'est par essence la raison pour laquelle il existe des habilitations au secret défense», a-t-elle ajouté.

Castaner, entendu trois fois par les parlementaires, «fait parfaitement le job», selon Ndiaye

La porte-parole du gouvernement a également de nouveau défendu Christophe Castaner, un ministre de l'Intérieur «qui fait parfaitement le job». Pourtant, après l'attaque à la préfecture qui a fait quatre morts dans les rangs des policiers, Christophe Castaner est entendu ce 8 octobre par la délégation parlementaire au renseignement, à huis clos, puis, par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, et par celle du Sénat le 10 octobre. Ces deux dernières auditions ouvertes sont ouvertes à la presse et retransmises en direct par les assemblées.

Lire aussi : L’idéologie djihadiste, un ver dans le fruit de nos propres institutions ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»