Terrorisme : cinq femmes devant la justice pour l'attentat manqué près de Notre-Dame

Terrorisme : cinq femmes devant la justice pour l'attentat manqué près de Notre-Dame© Katia Pecnik
Gendarmes au Palais de justice où se déroule le procès des accusés (image d'illustration).

Le procès de cinq djihadistes présumées, jugées trois ans après l'attentat raté près de Notre-Dame, a démarré devant la cour d'assises spéciale de Paris. Quatre de ces femmes encourent la perpétuité.

Trois ans après l'attentat raté aux bonbonnes de gaz non loin de Notre-Dame de Paris, dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, le procès de ses auteurs présumés s'ouvre devant une cour d'assise spéciale de la capitale, ce 23 septembre. 

Parmi les accusés, figurent cinq femmes âgées de 22 à 42 ans : Inès Madanin, 22 ans, Sarah Hervouët, 26 ans, Ornella Gilligmann, 32 ans, Samia Chalel, 26 ans et Amel Sakaou, 42 ans et qui a refusé de comparaître. Toutes les cinq sont devant la cour d'assises spéciale, c'est-à-dire dotée d'un jury composé exclusivement de magistrats professionnels. Quatre d'entre elles risquent la perpétuité. Le procès devrait durer jusqu'au 11 octobre. 

Inès Madani et Ornella Gilligmann voulaient faire «un carnage» près de Notre-Dame de Paris, selon l'expression des magistrats instructeurs. Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, elles ont garé une voiture remplie de bonbonnes de gaz au milieu d'une rue, devant des restaurants, et ont tenté de l'incendier. Seul un mauvais choix de carburant avait permis d'éviter une explosion meurtrière.

Sarah Hervouët avait rejoint Inès Madani après l'échec de l'attentat dans l'appartement d'une quatrième femme, Amel Sakaou, à Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne. Le 8 septembre, Sarah Hervouët, traquée par la police, avait porté un coup de couteau à un policier en civil de la DGSI. 

Autre accusé, Rachid Kassim, propagandiste du groupe terroriste Etat islamique et inspirateur des accusées. Ce dernier, bien que probablement mort en Irak, est jugé par défaut. Il avait déjà inspiré l'assassinat d'un policier et de sa femme à Magnanville (Yvelines) en juin 2016, puis, en juillet, celui d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie. 

251 personnes ont perdu la vie dans des attentats terroristes islamistes en France depuis 2015.

Lire aussi : La France persiste dans son refus de rapatrier les femmes et enfants de djihadistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»