La France persiste dans son refus de rapatrier les femmes et enfants de djihadistes

La France persiste dans son refus de rapatrier les femmes et enfants de djihadistes© Bulent KILIC / AFP Source: AFP
Evacuation des civils à Baghouz durant la prise de la ville le 5 Mars 2019 (image d'illustration).

La gouvernement poursuit sa politique initiée en mars 2019 malgré les plaintes pour faciliter le retour des femmes et enfants de djihadistes. Le danger réside-t-il dans leur participation à la formation d'une nouvelle génération du Djihad en prison ?

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé jeudi 19 septembre «être intraitable» sur le refus de la France de rapatrier les femmes et enfants de djihadistes français partis rejoindre les rangs de Daech en zone irako-syrienne entre 2014 et 2019. Dans son intervention, Jean-Yves Le Drian a souligné que ces membres de Daech étaient «allés combattre la France», soulignant qu'ils avaient «tué des Français en France à partir de leurs bases». En conséquence de quoi, le chef de la diplomatie française a soutenu qu'il fallait «qu’ils soient jugés sur les lieux où ils ont commis leurs crimes».

Les femmes et enfants de ces djihadistes français – en grande majorité en bas âge – sont détenus dans les camps de réfugiés d'Al-Hol, de Rukban, et dans les prisons kurdes et irakiennes ou les djihadistes s'entassent depuis l'effondrement du califat de Daech en février-mars 2019.

Comme lors du passage d'al-Baghdadi et de ses partisans à la prison irakienne de Bucca, alors sous contrôle américain, entre 2004 et 2008, la prison et les camps de réfugiés peuvent servir de lieu de formation pour les djihadistes, ils y apprennent ou perfectionnent les fondements théologiques mais également les méthodologies de l'action terroriste. La question du sort de ces femmes et enfants de djihadistes est ainsi d'une grande importance pour Daech.

L'annonce de Jean-Yves Le Drian fait suite à d'autre refus de la même nature en mai 2019, lorsque le gouvernement avait refusé le retour des mineurs et de leurs mères djihadistes. Des grands-parents avaient alors saisi la CEDH, tandis que leurs avocats avaient dénoncé une «violation des droits de l'homme». La France fait l'objet depuis janvier 2019 de nombreuses plaintes auprès des instances internationales réclamant le rapatriement des femmes et des enfants de djihadistes.

Une dizaine de familles de djihadistes Français ont ainsi déposé plainte le 16 septembre contre le ministre des Affaires étrangères pour «omission de porter secours» aux femmes et enfants de djihadistes qui sont actuellement dans des camps de réfugiés ou dans des prisons kurdes et irakiennes.

Auteur: RT France

Lire aussi : L'enregistrement d'Abou Bakr al-Baghdadi, ou la nouvelle génération du djihad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»