«De mon temps, la police ce n'était pas ça» : un policier pro-Gilet jaune devant le parquet de Paris

«De mon temps, la police ce n'était pas ça» : un policier pro-Gilet jaune devant le parquet de Paris© Twitter : @Fabien_Rives
Un escadron motorisé de police se déplacedans le VIIIe arrondissement de Paris, à 13h30, le 21 septembre 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le parquet de Paris doit se prononcer sur le sort du capitaine de police quinquagénaire qui avait été placé en garde à vue lors de l'acte 45 des Gilets jaunes après avoir invectivé une une patrouille de police motorisée sur les Champs-Élysées.

Comme le rapporte Le Parisien ce 23 septembre, le parquet de Paris doit déterminer dans la journée les suites judiciaires à donner concernant le cas de «Nicolas C.», un policier quinquagénaire arrêté deux jours plus tôt à Paris pour «outrage et rébellion».

Déféré après avoir été entendu en fin de week-end, l'homme pourrait être jugé «en comparution immédiate», convoqué «devant le tribunal correctionnel» ou encore recevoir «un simple rappel à la loi», explique le quotidien, précisant que l'homme de 54 ans se serait revendiqué Gilet jaune pendant sa garde à vue, lors de laquelle il aurait «réitéré des insultes à l'égard des enquêteurs».

Dans la matinée du 21 septembre, «Nicolas C.» aurait proféré des insultes en direction d'un escadron motorisé de police, alors qu'il se trouvait en haut des Champs-Elysées, au côté d'«un groupe de personnes pas spécifiquement identifiées». «Vous êtes que des connards, des pédales, de mon temps la police ce n'était pas ça», aurait-il lancé à ses collègues, en leur adressant un doigt d'honneur et brandissant sa carte de police, avant de se faire interpellé par la Brigade anti-criminalité (BAC).

Affecté au service des technologies et des systèmes d'information de la sécurité intérieure de Beauvau, le policier se trouvait alors hors service explique Le Parisien.

A l'occasion de l'acte 45 des Gilets jaunes, d'importants moyens de sécurité ont été déployés dans la capitale, dont, en effet, des escadrons motorisés de la police, comme a pu le constater un journaliste RT France dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Lire aussi : Gilets jaunes et policiers, ennemis jurés... Vraiment ? (PHOTOS, VIDEOS)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix