G7 : plusieurs milliers de personnes rassemblées pour une manifestation anti-sommet (IMAGES)

G7 : plusieurs milliers de personnes rassemblées pour une manifestation anti-sommet (IMAGES)© Georges Gobet Source: AFP
Des manifestants défilent pour montrer leur opposition au sommet du G7, le 24 août 2019, entre Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) et Irun (Espagne).

En marge de l'ouverture du G7, entre 9 000 et 15 000 personnes ont défilé entre Hendaye et Irun afin de manifester leur opposition au sommet. Pour leur acte 41, certains Gilets jaunes s'étaient joints au cortège. Aucun incident n'a été à déplorer.

Alors que le G7 vient d’ouvrir ses portes ce 24 août à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées pour manifester leur opposition au sommet. Le défilé, autorisé par la préfecture, reliait Hendaye, où les militants organisaient un contre-sommet, à Irun, de l’autre côté de la frontière espagnole. Les plateformes G7 Ez et Alternatives G7 ont avancé le nombre de 15 000 participants alors que la préfecture des Pyrénées-Atlantiques en a dénombré 9 000.

Présent sur place, un journaliste de RT France rapporte que les manifestants ont commencé à se réunir aux alentours de 10h30, soit une heure avant le début de la marche. Des Gilets jaunes étaient présents sur place, pour l’acte 41 de leur mobilisation, tout comme des militants altermondialistes et anarchistes.

Répondant à RT France, Francis, un Gilet jaune ayant fait le déplacement depuis la Dordogne, précise que cette agglomération des luttes «va dans la continuité de tout ce que l’on vit depuis [des] mois», ajoutant «ne rien» attendre du sommet.

Des images captées par une journaliste de RT France présente en tête de cortège montrent la foule défiler dans le calme avec des pancartes comme «Climat et justice sociale. G7 agissez» ou encore «Climat, inégalités, faim, pauvreté = même combat». Certains manifestants étaient porteurs de l’ikurrina, le drapeau basque.

D'autres avaient fabriqué des effigies géantes des sept dirigeants membres du G7 (Emmanuel Macron, Donald Trump, Angela Merkel, Shinzo Abe, Justin Trudeau, Boris Johnson et Giuseppe Conte) qu’ils portaient dans le cortège.

La manifestation s’est déroulée sans accrocs, comme le montrent des images tournées par l’agence de presse Ruptly. Le cortège a progressé dans le calme au rythme des tambours et des sifflets.

Sébastien, un militant de la CGT présent à Hendaye, explique au micro de RT France qu’il a fait le choix de descendre dans la rue pour s’«opposer au G7 et aux politiques menées aujourd'hui par les sept responsables des plus grands pays». Pour le manifestant, le fait que «les sept plus grands responsables aient pour thème principal les inégalités alors que les politiques qu’ils mènent dans leur pays […] accroissent ces inégalités» n'est rien d'autre qu'un «pied de nez à l’Histoire». 

Le syndicaliste dépeint en outre un «système [...] à bout» qu’il voudrait remplacer par «un nouveau système politique qui est à l’opposé de ce que prônent et font ces dirigeants-là». Selon le militant, il faudrait que «la globalisation ne soit pas le mot d’ordre» dans une organisation «où l’on recentrerait le pouvoir et les décisions au plus près des populations et où dominerait non pas la soif de s’enrichir, mais le bien-être et le bien-vivre ensemble».

Interrogée par RT France, Geneviève Legay, cette militante d’Attac qui avait été blessée lors d’une charge policière en marge de l’acte 19 des Gilets jaunes à Nice le 23 mars dernier, affirme pour sa part qu’elle souhaite «montrer au gouvernement et à la police qu’on peut nous massacrer mais que le peuple sera là, debout, et qu’il continuera à revendiquer». La Niçoise fustige un sommet dans lequel «les sept puissances les plus grandes du monde viennent encore se partager le gâteau des richesses». Elle considère le G7 comme «du pipeau». «Vous savez, cela fait 45 ans que je fais ce genre de manifestations et je peux vous dire qu’à chaque G7, G8 ou G20 il n’est jamais rien sorti [de bon] pour les peuples», ajoute-t-elle.

Manifestation sauvage à Bayonne

Arrivée devant le centre des Congrès de Ficoba, la manifestation s’est dispersée dans le calme, certains prenant la direction de Bayonne pour rejoindre l’acte 41 des Gilets jaunes prévu dans la ville basque, malgré de solides barrages policiers.

Une manifestation sauvage a ensuite démarré en début de soirée.

Auteur: RT France

Lire aussi : G7 : Macron appelle les organisateurs de «sommets alternatifs» au «calme» et «à la concorde»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»