Greenpeace interdit de s’approcher à moins de 250 mètres des convois de déchets radioactifs

Greenpeace interdit de s’approcher à moins de 250 mètres des convois de déchets radioactifs© Christophe Simon Source: AFP
Des militants de Greenpeace défilent à Paris le 18 mais 2018 (image d'illustration).

Le TGI de Paris a interdit aux militants de l'ONG Greenpeace d'approcher à moins de 250 mètres des convois de déchets radioactifs. L'association considère le jugement comme sévère, injustifié et a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

La décision a été rendue le 19 juillet par le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris qui a donné raison, dans son ordonnance de référé, aux deux filiales d’Orano (anciennement Areva) en interdisant aux militants de l’ONG Greenpeace de se rendre à proximité des convois de déchets radioactifs.

Dans son verdict, le TGI a interdit aux militants associatifs de «perturber, gêner ou entraver de quelque façon que ce soit le transport et l’acheminement de matières ou de déchets nucléaires ou radioactifs», ajoutant que ceux-ci ne pourraient plus «s’approcher à moins de 250 mètres des convois» des deux sociétés, TN International et Lamarechal Celestin, sous peine de se voir infliger 1 500 euros d’amende par infraction et par personne. L’ordonnance sera applicable du 19 juillet au 25 septembre. Cette dernière date marquera la fin du débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Greenpeace a d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel de la décision que Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France considère, auprès de nos confrères du Monde, comme «très sévère et injustifiée».

Le 4 juillet, les deux filiale d’Orano avaient saisi le juge des référés à propos de plusieurs actions menées par l’ONG. Elles avaient été qualifiées de «vandalisme» par le juge. Le 12 juin dernier, les cuves d’un convoi ferroviaire transportant des déchets radioactifs avaient été aspergées de peinture orange en gare de Vierzon (Cher). Le 17 juin, en Ile-de-France, c’était au tour d’un semi-remorque de faire les frais des militants écologistes.

L’objectif ? Montrer aux Français la quantité de convois de déchets nucléaires circulant sur le territoire. Leur nombre est estimé à 19 000 convois par an. Laura Monnier, juriste pour Greenpeace, précise, toujours auprès du Monde, vouloir «informer les citoyens que ces transports existent car c’est une information très peu connue alors que les autorités ont normalement l’obligation d’informer sur ces transports».

Les requérants demandaient eux 75 000 euros par infraction et par personne. Si le juge a réduit cette amende à 1 500 euros, il a étendu le périmètre d’interdiction de 100 mètres, requis par les deux entreprises, à 250 mètres.

Lire aussi : Des comprimés d’iode pour deux millions de personnes face au risque nucléaire : est-ce suffisant ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»