Greenpeace fait survoler un drone au-dessus du site nucléaire de La Hague (IMAGES)

Greenpeace fait survoler un drone au-dessus du site nucléaire de La Hague (IMAGES)© Benoit Tessier Source: Reuters
Vue d'ensemble de l'usine de retraitement de La Hague (image d'archive).

Vidéo à l'appui, Greenpeace annonce avoir fait survoler un drone au-dessus de l'usine de retraitement de combustibles nucléaires usagés de la Hague. L'ONG affirme aussi avoir lancé des fumigènes sur la piscine d’entreposage de combustible irradié.

Nouvelle action coup de poing de Greenpeace. Le 25 janvier, l'organisation écologiste a diffusé la vidéo d'un drone survolant l'usine de retraitement de combustibles nucléaires usagés de la Hague.

Greenpeace affirme également avoir «déclenché des fumigènes de détresse sur la piscine d’entreposage de combustible irradié».

Dans un communiqué diffusé sur son site, Greenpeace annonce avoir réalisé cette action dans le but de prévenir d'un risque nucléaire et de sécurité : «Ce bâtiment concentre l’équivalent de plus d’une centaine de cœurs de réacteur nucléaire. Pourtant son toit, en simple tôle métallique, est bien trop fragile pour protéger les bassins remplis de matière radioactive en cas d’acte malveillant par les airs.»

Pour Alix Mazounie, chargée de campagne Energie à Greenpeace France, «ce qui est particulièrement choquant, c’est que ce drone ait pu allumer des fumigènes de détresse sur le toit de la piscine, c’est-à-dire le point faible d’un bâtiment contenant la plus grande quantité de matières radioactives dans le monde».

La plateforme internet d'Orano la Hague précise en effet que le site «est aujourd’hui leader mondial dans le domaine du recyclage des combustibles usés provenant des réacteurs nucléaires du monde entier». Ils confirment d'ailleurs avoir «détecté l’intrusion de deux drones dans l’espace aérien du site, dont l’un a déposé un fumigène sur le toit d’une des piscines». Toutefois, le communiqué précise que «le survol de ces drones n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations et le personnel». «Orano condamne le survol de son site de la Hague et annonce d’ores et déjà qu’une plainte sera déposée», conclut-il.

Lire aussi : «C'est une connerie de se forcer à fermer les centrales nucléaires à court terme» (ENTRETIEN)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter