Des militants écologistes aspergés de gaz et délogés par la police à Paris (IMAGES)

Des militants écologistes aspergés de gaz et délogés par la police à Paris (IMAGES)© Capture d'écran Twitter@m_brandely
Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion bloquent le pont de Sully à Paris, le 28 juin 2019.

A Paris, des militants écologistes du collectif Extinction Rebellion ont organisé une manifestation pour réclamer la reconnaissance de la gravité de la crise écologique. Ils ont été délogés par les forces de l'ordre avec une certaine violence.

Tandis qu’ils manifestaient assis en plein milieu de la voie sur le pont de Sully à Paris, dans le 5e arrondissement ce 28 juin, des militants écologistes du collectif Extinction Rebellion – qui se font connaître pour leurs actions parfois spectaculaires – ont été délogés par les CRS, non sans brutalité.

«La police avec nous, on fait ça pour vos enfants !», scandaient pourtant les manifestants qui se voulaient pacifistes. Par cette action, le collectif entendait réclamer aux autorités publiques la reconnaissance de la gravité de la crise écologique, zéro émission de gaz à effet de serre d’ici 2025, l’arrêt de la destruction des écosystèmes ainsi que la création d'assemblées citoyennes.

Mais rapidement, la situation s'est tendue avec les forces de l'ordre, qui avaient visiblement reçu l'ordre de les déloger. Selon des journalistes présents sur place, après quelques sommations, les CRS ont employé la méthode forte. Sur ces images, filmées par des confrères présents sur les lieux, on voit les forces de l’ordre utiliser des bombes de gaz à main, et en asperger abondamment les manifestants assis. «On est non-violents, pourquoi vous nous gazez ?», peut-on entendre certains déplorer.

L'ancienne ministre de l’Ecologie Cécile Duflot a réagi sur son compte Twitter, pointant la responsabilité d'Emmanuel Macron : «France 2019 allégorie : 44,3 degrés, record absolu de température battu, en juin..! mais pendant ce temps les militants pour le climat sont maltraités, sur les passoires énergétiques c’est "on verra en... 2023" et le Président fanfaronne au G20....».

Jack Lang, ancien ministre de la culture et actuel président de l'Institut du Monde arabe dont le siège est adjacent au pont Sully, a été interpellé par des manifestants qui lui ont demandé son soutien.

Auteur: RT France

Lire aussi : L'écologie, cause majeure pour LREM ? Les promesses à l'épreuve des décisions de l'exécutif

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»