«ll y a un risque monstrueux» : un membre du gouvernement accuse RT d'ingérence politique en France

«ll y a un risque monstrueux» : un membre du gouvernement accuse RT d'ingérence politique en France© Thomas SAMSON Source: AFP
Le secrétait d'Etat au Numérique, Cédric O, intervient à l'Assemblée nationale le 21 mai 2019 (image d'illustration).

Cédric O, secrétaire d'Etat au Numérique, a repris une accusation récurrente de l'exécutif à l'encontre de RT France : la fameuse ingérence. L'ex-conseiller à l'Elysée est formel : RT France souhaite influer sur l'avenir politique de la France.

Le compteur relevant les attaques visant RT France continue inexorablement de tourner : le 25 juin, à la faveur d’une interview accordée à l'agence Reuters, le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, s’en est à son tour pris à notre média.

Alors qu’il plaidait pour la création d’un Conseil de l'ordre des journalistes censé permettre aux membres de la profession d’exiger de l’Etat de légiférer à l’encontre de médias soupçonnés de bafouer l’éthique journalistique, l'ancien conseiller de l'Elysée a accusé RT France et Sputnik d’ingérence. Selon lui, ces deux médias auraient comme but ultime de porter au pouvoir «tel ou tel parti politique».

Moi je considère qu'il y a un risque monstrueux

«Et cela marche. Aujourd'hui, sur YouTube, la chaîne qui a le plus de visibilité ce n'est pas BFM, ce n'est pas CNEWS, c'est RT [RT France]», a ajouté le secrétaire d'Etat, selon qui «les Gilets jaunes ne s'informent que par RT». Avant d’ajouter sans pondération : «Moi, je considère qu'il y a un risque monstrueux.»

S’il estime cependant qu’il ne revient guère à l’Etat de sanctionner les médias diffusant de fausses nouvelles, il a paradoxalement justifié son intervention en cas de «menace contre la démocratie». «Ce sera le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) ou une autorité indépendante qui va décider ce qu'est une infox ou pas.» Avant de préciser cependant : «On n'en est pas du tout là.»

Cette énième charge à l’encontre de RT France intervient dans un contexte de tensions initiées par l'Elysée. En octobre dernier, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, reconnaissait ouvertement le refus d'accepter RT France en salle de presse de l'Elysée. Quelques semaines plus tard, le 13 novembre, un conseiller de l'Elysée annonçait cependant que les journalistes de RT France se verraient désormais délivrer des accréditations au palais. A l’heure où nous écrivons ces lignes, ce n’est toujours pas le cas.

Lire aussi : LREM refuse d'accréditer RT France et Sputnik pour couvrir sa campagne des européennes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»