IVG : Rossignol obtient l'allongement du délai de 12 à 14 semaines au Sénat

- Avec AFP

IVG : Rossignol obtient l'allongement du délai de 12 à 14 semaines au Sénat© Lionel BONAVENTURE Source: AFP
Laurence Rossignol lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, novembre 2016 (image d'illustration).

Dans un hémicycle dégarni, la sénatrice et ancien ministre socialiste Laurence Rossignol est parvenue à arracher un vote favorable pour l'allongement du délai légal pour avorter. Il s'agissait d'une revendication du Planning familial.

Vote surprise ce 7 juin dans les dernières minutes de l'examen, au Sénat, du projet de loi santé : l'ancien ministre socialiste Laurence Rossignol a réussi à faire adopter, à la faveur d'un hémicycle dégarni, un allongement de deux semaines des délais de l'interruption volontaire de grossesse (IVG). 

Je n'en reviens pas

Le dernier article du texte venait d'être voté, au terme d'une semaine d'examen en première lecture. Il restait alors une poignée d'amendements à examiner et seulement une vingtaine de sénateurs étaient encore présents. L'amendement défendu par Laurence Rossignol, qui porte jusqu'à la fin de la quatorzième semaine de grossesse le délai légal pour avorter, contre douze actuellement, a été adopté par un vote par «assis-debout», le comptage du vote à main levée n'étant pas suffisamment clair. Le ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, de même que le président de la commission des Affaires sociales, Alain Milon (Les Républicains), avaient pourtant exprimé un avis défavorable.

«Je n'en reviens pas», a déclaré la sénatrice à l'AFP, soulignant qu'il s'agissait d'«une revendication du Planning familial». La sénatrice a souligné que ce serait «un vrai plus» pour les femmes, face à la désertification médicale et aux difficultés d'accès à l'IVG.

Après ce vote inattendu, dans un Sénat majoritairement composé de groupes de droite, l'ancien ministre des Droits des femmes a encore défendu un amendement pour supprimer la clause de conscience spécifique, dont peuvent se prévaloir les médecins pour refuser de pratiquer une IVG. Mais cette fois Alain Milon a réclamé un scrutin public. Le vote a été sans appel: l'amendement a été rejeté par 247 voix contre 92.

Le Sénat a achevé l'examen des articles et se prononcera sur l'ensemble du texte mardi par un vote solennel. Députés et sénateurs tenteront ensuite de se mettre d'accord sur une version commune.

Lire aussi : Débat sur l'IVG et invitée en niqab : Hanouna suscite le malaise avec sa nouvelle émission

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»