Affaire Bygmalion : son recours rejeté, Sarkozy devrait affronter les juges

- Avec AFP

Affaire Bygmalion : son recours rejeté, Sarkozy devrait affronter les juges© Christophe Verhaegen/Pool Source: Reuters
Nicolas Sarkozy, ancien président français, en mai 2019.

Poursuivi pour dépassement de dépenses électorales de plus de 20 millions d'euros, Nicolas Sarkozy vient de perdre un des derniers recours devant le Conseil constitutionnel qui aurait pu lui éviter les juges. Il semble se diriger vers un procès.

Un procès dans l'affaire Bygmalion est devenu quasi-inéluctable pour l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy qui vient de perdre devant le Conseil constitutionnel l'un des derniers rounds de sa bataille judiciaire.

Les sages ont rejeté le 17 mai la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense de Nicolas Sarkozy en estimant qu'il pouvait être poursuivi pénalement malgré une sanction financière antérieure prononcée pour les dépenses excessives de sa campagne présidentielle de 2012.

Dans cette affaire, l'ancien chef de l'Etat a été renvoyé en février 2017 devant le tribunal correctionnel pour répondre de «financement illégal de campagne électorale», un délit passible d'un an de prison et de 3 750 euros d'amende.

Il est poursuivi pour avoir dépassé le seuil autorisé de dépenses électorales de plus de 20 millions d'euros, en dépit des alertes des experts-comptables de la campagne en mars et avril 2012.

Pour contester son renvoi, Nicolas Sarkozy avait brandi le principe du non bis in idem selon lequel une personne ne peut pas être sanctionnée deux fois pour les mêmes faits. Selon lui, il avait déjà été sanctionné définitivement par le Conseil constitutionnel en 2013. L'instance avait confirmé le rejet de ses comptes pour ce dépassement qu'il avait dû rembourser.

Un système de fausses factures émanant d'une filiale de l'agence Bygmalion

Cependant, cette décision portait sur un dérapage, bien inférieur, de 363 615 euros, et était intervenue avant la révélation au printemps 2014 d'un vaste système de fausses factures visant à maquiller l'emballement des dépenses de ses meetings, organisé par une filiale de l'agence de communication Bygmalion.

Le procès semble désormais inéluctable pour l'ancien président, retiré de la vie politique après sa défaite à la primaire de la droite en 2016. Il reste toutefois une ultime étape : la Cour de cassation, qui avait transmis la QPC aux sages, doit tirer les conséquences de leur décision mais aussi trancher sur d'autres moyens soulevés par la défense pour contester l'ordonnance de renvoi du juge Serge Tournaire, confirmée en appel en octobre.

«C'est une grande déception», a réagi auprès de l'AFP Emmanuel Piwnica, l'avocat de l'ancien chef de l'Etat, insistant sur la «question sérieuse» posée par ce cumul de poursuites et de sanctions. Nicolas Sarkozy est le deuxième président à être renvoyé en procès dans une affaire politico-financière sous la Ve République, après Jacques Chirac (1995-2007), condamné en 2011 dans le dossier des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Le 7 mai, les sages, réunis autour du président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius, mais sans Alain Juppé, ancien ministre de Sarkozy qui s'est «déporté», se sont penchés sur cette question de cumul des poursuites qu'ils avaient déjà eu à trancher dans des affaires fiscales emblématiques, comme celle de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

Dans leur décision, les sages soulignent que, dans le cas de Nicolas Sarkozy, la sanction financière infligée en 2013 et la sanction pénale encourue s'appliquaient à des faits qualifiés «de manière identique», autrement dit au dépassement du plafond autorisé de dépenses de campagne. Toutefois, ils estiment que la sanction financière et la sanction pénale sont de nature différente et protègent des «intérêts sociaux» distincts.

Meetings spectaculaires et dispendieux

En effet, si la sanction pécuniaire visait à assurer «l'égalité entre les candidats» à l'élection suprême, la répression pénale des mêmes faits entend «sanctionner les éventuels manquements à la probité des candidats et des élus».

«Meetings spectaculaires et dispendieux», accélération du rythme de la campagne : les dépenses s'étaient envolées, atteignant les 42,8 millions d'euros, conséquence d'une stratégie «d'occupation maximale de l'espace médiatique», avait relevé dans son ordonnance le juge Tournaire. Si Nicolas Sarkozy a «incontestablement bénéficié des fraudes révélées par l’enquête», soulignait-il, il n'a en revanche pas été poursuivi pour avoir pris part à la fraude ou pour en avoir été informé.

Ces dernières années, Nicolas Sarkozy a dû faire face à une série d'ennuis judiciaires : mis en examen dans l'affaire des accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, il est aussi menacé d'un procès dans un dossier de corruption présumée d'un haut magistrat.

Lire aussi : Procès Bygmalion : Nicolas Sarkozy renvoyé devant le tribunal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»