Pour Nathalie Loiseau, un vote pour le RN aux européennes est un vote en faveur du «groupe Poutine»

Pour Nathalie Loiseau, un vote pour le RN aux européennes est un vote en faveur du «groupe Poutine»© Vincent Kessler/File Photo Source: Reuters
La tête de liste LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau.

Tête de liste de la majorité présidentielle aux européennes, Nathalie Loiseau s'alarme de la «très grande sympathie pour la Russie» du RN, dont les élus constitueraient, avec d'autres nationalistes, un «groupe Poutine» au Parlement européen.

La campagne des européennes vient à peine d'être officiellement lancée que la stratégie de la majorité présidentielle pour faire face à son principal adversaire, le Rassemblement national (RN), se dessine déjà de façon claire. Et, éternel refrain, le parti présidentiel n'a pas hésité longtemps pour agiter le spectre d'une soi-disant influence russe sur le scrutin.

Dans une interview accordée au Monde ce 15 mai, la tête de la liste «Renaissance», Nathalie Loiseau, estime ainsi qu'un vote en faveur de la liste du RN reviendrait à porter la Russie de Vladimir Poutine au Parlement européen. «Marine Le Pen et ses amis ont en commun une très grande sympathie pour la Russie de Vladimir Poutine. Le groupe d’extrême droite qu’ils veulent constituer, c’est le groupe Poutine au Parlement européen», lance-t-elle sans ambages dans les colonnes du quotidien.

Dénonçant le «danger pour l’Europe à laisser gagner les nationalistes», elle s'alarme d'une éventuelle alliance entre le RN et «d’autres nationalistes antieuropéens viscéraux», dont le seul projet serait de «bloquer le projet européen», quand bien même ni le «Frexit», ni la sortie de l'euro ne sont à l'ordre du jour du RN. Et la tête de liste de la majorité de jouer sans complexe sur les peurs, jugeant possible un «retour aux années 1930», contre lequel son parti s'érigerait en rempart.

Côté propositions concrètes, Nathalie Loiseau soutient que son projet est «une des voies de sortie du grand débat, à travers des solutions européennes». Alors que le pays traverse une crise sociale mise en lumière par le mouvement des Gilets jaunes, elle assure que la liste «Renaissance» vise à «remettre le social au cœur du projet européen», et soutient vouloir lutter contre le dumping social, que certaines forces politiques associent à la construction européenne actuelle : «L’Europe de demain sera sociale ou ne sera pas.» Les électeurs en décideront.

Lire aussi : Chômage, environnement, immigration… Qu'est-ce qui préoccupe les Européens avant les élections ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»