Florian Philippot offusque la classe politique en décrochant un drapeau européen

 Florian Philippot offusque la classe politique en décrochant un drapeau européen© Robert Pratta
Florian Philippot en février 2017.

Le leader des Patriotes est la cible de vives critiques sur les réseaux sociaux après qu'il a décroché un drapeau européen d'un centre des impôts de Forbach, en Lorraine, le 1er Mai, pour dénoncer la politique fiscale de l'Union européenne.

Florian Philippot a essuyé les sarcasmes et l'indignation de la classe politique après s'être filmé en train de décrocher un drapeau européen du centre des impôts à Forbach, pour le replacer par un drapeau français, le 1er Mai. Sa vidéo a été visionnée plus d'1,2 million de fois.

Le chef des Patriotes, qui fait liste commune avec le Gilet jaune Barnaba aux élections européennes, comptait ainsi s'élever contre le poids fiscal de l'Union européenne pour les contribuables français.

De nombreux responsables politiques ont réagi sur Twitter pour désapprouver le geste de Florian Philippot.

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes a blâmé un «concours d'indignité à l'extrême droite». 

Nombre de ses détracteurs ont rappelé la valeur symbolique du drapeau qui renvoie à la concorde et l'harmonie des nations européennes après la Seconde Guerre mondiale. Le drapeau a en effet été adopté en 1955 par le Conseil de l'Europe. Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste (PS) a ainsi commenté : «Ce drapeau qu’il jette à terre c’est celui des vrais résistants, ceux qui ayant connu la souffrance et la guerre, souhaitèrent pour leurs enfants une réconciliation définitive.»

La députée LREM Yaël Braun Pivert, présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, a jugé le geste «scandaleux», et «indigne». «Ce n’est pas seulement notre drapeau européen que Florian Philippot jette à terre. C’est aussi notre passé, notre avenir, nos valeurs communes», a-t-elle jugé.

Hugues Renson, député LREM et vice-président de l'Assemblée nationale, s'en est pris à un «député européen élu depuis 2014, qui n’a jamais brillé par ses combats au Parlement européen», qu'il juge «inexistant dans son mandat», et qu'il qualifie même d’«idiot du village».

Les critiques de Florian Philippot ont noté que l'audacieux était plus sourcilleux vis-à-vis du drapeau européen que du salaire qu'il perçoit grâce à l'UE, en tant que député européen, qui s'élève 6 400 euros, auquel il faut ajouter une enveloppe de 4 300 euros. Ils ont noté qu'il n'avait pas pour autant montré une quelconque assiduité dans l'exercice de ses fonctions, puisqu'il n'a «assisté à aucune des 44 réunions de sa commission», dite des «pétitions», selon les données du Parlement, relayées par Franceinfo.

Sur BFMTV, Florian Philippot a expliqué son choix «parce que l'Europe nous vole 10 milliards par an, la différence entre ce que l'on donne et ce que l'on en reçoit. 10 milliards qui sortent de la poche du contribuable français et qu'il n'y a pas pour nos retraités, pour nos travailleurs ni pour nos chômeurs, nos jeunes et nos services publics». Une affirmation contredite par les chiffres : la France est le pays ayant reçu le plus fort montant de l’Union européenne en 2017, soit 13,5 milliards d'euros, contre un don de 16,25 milliards. Le déficit est donc pour cette année-là de 2,75 milliards en défaveur de la France, et non de l'ordre d'une dizaine comme l'affirment certains candidats aux européennes.

Que risque Florian Philippot pour son acte subversif ? La dégradation d'un bien public peut valoir jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende. Or le Patriote a fait remarquer qu'il n'y avait pas eu de dégradation, ayant simplement prélevé le drapeau qu'il a glissé dans la boîte aux lettres attenante au centre des impôts. D’autre part, si l'outrage au drapeau tricolore est inscrit dans la loi, il n'en est rien pour le drapeau européen.

Lire aussi : Européennes : Philippot suggère à Asselineau une alliance de dernière minute (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»