Malaise hospitalier : quatre services d'urgence parisiens en grève illimitée dès le 14 avril

Malaise hospitalier : quatre services d'urgence parisiens en grève illimitée dès le 14 avril© Philippe LOPEZ Source: AFP
Des employés du SAMU travaillent au sein de l’hôpital Necker, le 22 mai 2018 à Paris (image d'illustration).

Les personnels soignants de plusieurs services d'urgence de la capitale seront en grève illimitée dès le 14 avril au soir. Ils réclament entre autres de meilleures conditions de travail et des revalorisations salariales.

Les infirmiers et les aides-soignants de quatre services d’urgence de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (Lariboisière, Pitié-Salpêtrière, Saint-Louis, Tenon) devraient, sauf retournement de dernière minute, entrer en grève illimitée dès la soirée du 14 avril. SUD-Santé avait annoncé le 9 avril le dépôt des préavis de grève avant d'être suivi par la CGT. 

Ils rejoindront ainsi leurs collègues de l’hôpital Saint-Antoine, en grève continue depuis le 18 mars à l'appel de trois organisation syndicales : CGT, FO et Sud Santé. Ce premier mouvement de grève est né après les multiples agressions survenues dans l'enceinte de l'établissement hospitalier. 

Au-delà d'une meilleure sécurisation de leurs lieux de travail, les protestataires réclament, entre autres, une meilleure revalorisation de leur salaire mais également un renforcement des effectifs. Bien qu'en grève illimitée, ils continueront d'accueillir les patients et leur prodiguer les soins nécessaires. 

Confrontée à une forte dégradation de ses comptes depuis 2017, l'AP-HP a été contrainte de geler ses dépenses de personnel jusqu'en 2023. Une mesure qui s'est traduite par la suppression de 405 équivalents temps plein (ETP) l'année précédente et une nouvelle diminution prévue de 779 ETP cette année.

Le mouvement de grève fait tache d'huile puisque, dans la foulée, huit syndicats  (CGT, SUD, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, SMPS) de l'AP-HP ont déposé le 12 avril un préavis de grève entre le 18 et le 20 avril. Ils exigent «l'arrêt des fermetures de services [...], des plans d'économies et des suppressions d'emplois » et revendiquent «la titularisation des contractuels», une «revalorisation» salariale et un budget «à la hauteur des besoins de la population».

Contactée par l'AFP, la direction de l'AP-HP a affirmé qu'elle proposerait «en début de semaine prochaine une rencontre avec [ces] organisations», tout en assurant demeurer «très attentive au dialogue social et à ce titre [à leurs] revendications».

Lire aussi : Economies dans la Santé : «On est à l'os», alerte un praticien hospitalier et conseiller municipal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»