Barbier évoque l'«énorme» responsabilité des Gilets jaunes dans la hausse de la mortalité routière

Barbier évoque l'«énorme» responsabilité des Gilets jaunes dans la hausse de la mortalité routière© JOEL SAGET Source: AFP
Christophe Barbier, plutôt Foulard rouge que Gilet jaune ?

«La responsabilité des Gilets jaunes est énorme» : l'éditorialiste de BFM TV est catégorique, la destruction des radars – qu'il impute notamment aux Gilets jaunes – est l'un des principaux facteurs de la hausse de la mortalité routière.

Christophe Barbier, éditorialiste sur BFM TV et acrobate à ses heures perdues, aime se poser en tuteur «sur lequel le peuple, comme du lierre rampant, peut s'élever». A ce titre, l'ancien directeur de la rédaction de L'Express s'est permis d'éclairer les téléspectateurs de la chaîne d'information ce 28 mars, en livrant une analyse percutante des facteurs qui, selon lui, ont provoqué la hausse de la mortalité sur les routes en février.

«S'il y a une augmentation de la mortalité, ce n'est pas à cause des 80 km/h [...] c'est à cause de la destruction des radars [...] Les fautifs, les criminels, ce sont ceux qui ont détruit les radars», assène-t-il sans ambages. Et Christophe Barbier de préciser le fond de sa pensée : «La responsabilité des Gilets jaunes et des partis qui ont été complaisants avec les Gilets jaunes est énorme. Elle est très importante.»

«Vite, remettons des radars en état ! Vite, punissons ceux qui les dégradent», a enfin martelé le journaliste à l'écharpe rouge.

S'il ne base son propos sur rien d'autre que son ressenti – fidèle à sa vision du métier, qui est d'«affirmer ses certitudes par essence improuvables» – le journaliste prend la peine de citer d'autres causes plausibles de la hausse de la mortalité, comme «sans doute», la météo ou le coût du carburant «qui avait baissé» permettant «à des gens de rouler alors que d'habitude ils ne le font pas».

Une analyse qui sonne comme un écho à la sortie du président de la République Emmanuel Macron ce même 28 mars. Le chef de l'Etat a lui aussi pointé du doigt la destruction de radars pour expliquer l'augmentation du nombre de morts sur les routes (253 en février 2019, soit 37 de plus qu'en février 2018).

«Je vous remercie de dénoncer des comportements inadmissibles dont les résultats sont immédiatement tangibles quand on voit les tout derniers chiffres», a ainsi lancé le chef d'Etat en répondant à un maire qui, au cours d'un déjeuner avec des élus des Pays de la Loire dans le cadre du grand débat, se disait «choqué» par la destruction de radars en marge du mouvement des Gilets jaunes.

Vous avez dit «convergence des luttes» ?

Lire aussi : Pour la première fois, Christophe Barbier chante son rap en direct (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»